"Réduction du temps de travail dans les PME, c'est impossible", dit l'UCM

Jobs, jobs, jobs, ou flop, flop, flop? Il n'y a pas assez d'emplois, soutiennent les syndicats, FGTB devant. En ce lendemain de 1er mai, fête du Travail, l'émission A Votre Avis a décidé de faire le point sur la qualité du travail, en Belgique et d'aborder les pistes envisagées.

Trop précaires, les emplois créés par le gouvernement Michel? C'est ce que clament les partis de gauche et les syndicats en ce 1er mai. Le gouvernement, de son côté, se félicite de la création de quelque 185.000 emplois. Des emplois instables et peu sûrs sur le long terme, martèlent les opposants. Ce que conteste le député-bourgmestre MR de Braine-l'Alleud, Vincent Scourneau.

De son côté, le sénateur-bourgmestre de Wanze, Christophe Lacroix entend ces chiffres, mais rappelle une certaine réalité des Belges. Cumule de différents emplois, difficulté à joindre les deux bouts, c'est ce qu'il a l'habitude d'entendre autour de lui.

Un autre phénomène interpelle: le nombre impressionnant d'emplois vacants. Ils étaient 143.000 fin 2007. Le président de l'UCM (Union des classes moyennes), Pierre-Frédéric Nyst dénonce notamment un manque de formations.

Ce qui explique cette quantité d'emplois vacants est ailleurs pour Germain Mugemangango,le président du PTB Charleroi. "Ces emplois sont tellement mal payés, et exigent tellement de conditions, qu'on ne peut effectivement pas trouver de personnes pour y accéder".

Des propos qui excèdent Vincent Scourneau, comme en témoigne cette passe d'armes entre le libéral et Germain Mugemangango. Les générations actuelles ont-elles perdu la valeur du travail, ou est-ce la faute d'un système décadent? 

 

Réduction du temps de travail?

Un autre chapitre sera ouvert dans cette émission: celui des solutions. Parmi celles-ci, la fameuse réduction du temps de travail. Le PTB clame que leur parti est à l'origine de cette proposition. Figurant dans leur programme, la proposition avance une réduction du temps de travail à 30 heures, pour un salaire identique.

L'idée a depuis fait du chemin. Elle est maintenant reprise par le PS et est en test dans les administrations à Charleroi. Ce n'est rien de dire que l'idée divise sur notre plateau. Surtout du côté de l'UCM, catégorique: "Réduction du temps de travail dans les PME, c'est niet, c'est impossible", s'impatiente Pierre-Frédéric Nyst.

 

Enfin, un dernier point abordé au cours de notre rendez-vous hebdomadaire a été l'arrivée massive de la robotisation dans le milieu du travail et celle de l'intelligence artificielle. Faudrait-il taxer ces outils? Une fois encore, les avis divergent.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK