Plan Wathelet: 1,1% de dépréciation pour les maisons survolées

"La dépréciation due au bruit des avions s'est aggravée au cours des dix dernières années et le phénomène va continuer. Le coût perçu du bruit croît d'année en année. Par conséquent, la valeur d'un logement exposé au bruit diminue d'année en année aussi", explique Hugues Duchateau, le CEO de Stratec, un bureau d'études en mobilité, économie des transports, environnement et aménagement du territoire.

Les communes nouvellement survolées risquent également d'être confrontées à un phénomène de ségrégation sociale et par l'âge, prévient encore Stratec.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK