Plan climat belge : les engagements sont pris mais le flou demeure en Flandre sur des mesures à prendre

Plan climat belge : les engagements sont pris mais le flou demeure en Flandre sur des mesures à prendre
Plan climat belge : les engagements sont pris mais le flou demeure en Flandre sur des mesures à prendre - © DIRK WAEM - BELGA

Le gouvernement fédéral et les 3 gouvernements régionaux, qui exercent les plus grosses compétences en matière d’environnement (les gouvernements flamand, wallon et bruxellois) ont finalisé ce matin en comité de concertation le Plan national Energie-Climat (PNEC) que la Belgique doit présenter à la Commission européenne le 31 décembre prochain. Comme elle s’y est engagée à la COP21 de Paris, la Belgique doit réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 35% à l’horizon 2030, mais aussi contribuer à ce que l’objectif européen d’au moins 32% d’énergie renouvelable dans le mix énergétique soit atteint à la même échéance.

Le Plan de la Belgique, qui avait déjà fait l’objet d’un préaccord à Madrid, a donc été finalisé ce matin. La Belgique énumère une série de mesures, que tant le fédéral que les régions s’engagent à mettre en œuvre pour atteindre ces objectifs.

La Wallonie vise une réduction de ses émissions de 55% d’ici 2030 et la neutralité carbone d’ici 2050, tout comme la Région de Bruxelles-Capitale, qui ambitionne, elle, de faire baisser ses émissions d’au moins 40% d’ici 2030. Le volet fédéral du plan porte, lui, l’ambition de renforcer le transport ferroviaire en investissant 35 milliards d’euros sur la période de référence. Il prévoit aussi d’établir un plan en 2021 pour réduire et puis supprimer les subsides pour l’énergie fossile en 2030.

Du côté du gouvernement flamand par contre, les objectifs ont été revus à la baisse puisqu’il vise une réduction des émissions de CO2 de la Flandre de 32,6% d’ici 2030. Un engagement "temporaire" expliquait à Madrid la ministre de l’environnement flamande Zuhal Demir : "L’objectif flamand reste -35%". Les mesures décidées par le gouvernant flamand représentent une baisse de 32,6% mais "l’histoire ne s’arrête pas là, des mesures supplémentaires seront prises dans les prochaines années. Le plan flamand est évolutif", expliquait alors Zuhal Demir, qui compte sur des innovations technologiques pour pouvoir aller plus loin dans les prochaines années.

La ministre fédérale de l’environnement, de l’Énergie et du Développement durable y croit : " La volonté y est" affirme ce matin Marie-Christine Marghem à l’issue du comité de concertation, "avec de nouvelles mesures, l’innovation, avec la technologie, ils veulent arriver à 35% de réduction".

De son côté du ministre wallon, Philippe Henry se veut lui aussi positif : "Certes, nous n’exprimons pas tous le même niveau d’ambition et nous devrons certainement mettre en œuvre des mesures correctrices en matière d’énergie renouvelable et d’efficacité énergétique, mais la nécessaire collaboration entre les ministres du Climat est là et sera renforcée dans les prochains mois".

Journal télévisé du 18/12/2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK