Plainte au pénal déposée contre le ministre flamand Philippe Muyters

Le ministre flamand Philippe Muyters
Le ministre flamand Philippe Muyters - © JAMES ARTHUR GEKIERE - BELGA

Une plainte au pénal a été déposée auprès du parquet général de Bruxelles contre le ministre flamand de l'Economie, Philippe Muyters (N-VA), pour le financement du producteur verrier limbourgeois en difficultés Ducatt.

Victime de pertes cumulées importantes, l'entreprise de Lommel a bénéficié d'un soutien financier de quelque 40 millions d'euros de la société publique d'investissements LRM et de la Participatie Maatschappij Vlaanderen (PMV).

Cette aide, dénoncée par plusieurs concurrents de Ducatt, fait l'objet d'une action en cours devant le tribunal de commerce d'Anvers intentée par la GMB Glasmanufaktur Brandenburg et sa maison mère luxembourgeoise Interfloat Corporation. Fin 2014, celles-ci avaient également déposé plainte auprès de la Commission européenne pour aides d'Etat illégales.

Lié à Interfloat, Jean-Marie Meuwissen vient à présent de déposer en son nom propre une plainte au pénal contre M. Muyters.

Il reproche au ministre d'avoir toujours refusé d'agir dans le dossier. Il a de la sorte, estime le plaignant, failli à exercer son pouvoir de contrôle sur la LRM. Il aurait notamment dû, via les commissaires du gouvernement au sein de LRM, convoquer une assemblée générale extraordinaire.

Jean-Marie Meuwissen demande en conséquence au parquet général d'ouvrir une enquête pour déterminer si cette "négligence" du ministre flamand ne visait pas à reporter l'aveu de faillite de Ducatt, ce qui est pénalement punissable.

Interrogé jeudi, le cabinet Muyters a indiqué être au courant de la plainte.

Son porte-parole précise toutefois que le ministre n'a nullement été lié aux décisions de LRM envers Ducatt. "Si des fautes ont été commises, la responsabilité en revient en premier lieu à la direction et l'administrateur (de LRM). Mais attendons d'abord de voir quelle suite le parquet va donner (à cette plainte)".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK