Pierre-Yves Dermagne (PS) : "La pension minimum passera de 1291 à 1575 euros net à l'issue de la législative"

Pierre Yves Dermagne (PS), ministre wallon sortant et futur Vice-premier ministre était l’un des invités de la matinale de la Première. Le socialiste portera la casquette de l’Economie et de l’Emploi dans le gouvernement De Croo annoncé ce mercredi. "Cet accord, il faut le respecter, il faut le mettre en œuvre", prévient-il. Il clarifie aussi le dossier des pensions qui reste flou dans l’accord présenté par la nouvelle équipe gouvernementale.

"Je suis conscient des lourdes responsabilités qui pèsent sur les épaules du gouvernement", a indiqué l’élu socialiste. Après une longue période d’incertitude politique couplée à une situation sanitaire inédite, il concède que la position des politiques en Belgique n’est pas idéale. "Le monde politique n’a pas été à la hauteur des circonstances ces derniers mois et on devra en tenir compte, indique le Rochefortais. On n’a pas seulement une obligation de moyen, on a une obligation de résultat."


►►► À lire aussi : Le parcours sans faute de Pierre-Yves Dermagne jusqu’au Fédéral


Pensions : brut ou net ?

Une incertitude subsiste à propos de l’accord gouvernemental présenté ce mercredi 30 septembre par la coalition Vivaldi. Alors qu’un montant net avait été avancé, le chef de file MR, Georges-Louis Bouchez évoquait le même montant mais brut sur le plateau d’A Votre Avis. Pierre-Yves Dermagne revient sur les propos du libéral : "L’accord du gouvernement qui prévoit bien le redressement de la pension minimum à 1500 euros net. La volonté c’était de remonter les plus basses pensions et ce sera le cas ici. Un exemple, la pension minimum qui passe de 1291 euros à 1575 euros ce qui constituera à l’issue de la législative une augmentation de 284 euros net par mois."


►►► À lire aussi : Pension à 1500 euros net ou brut ? Explication


Il estime que le nouveau gouvernement se "donne un peu de temps pour évaluer les dispositifs" avant de confirmer que l’objectif est d’y parvenir en "fin de législature", soit en 2024. Il prévient toutefois de la difficulté du dossier des pensions qu’il qualifie de "kaléidoscope de situations individuelles avec différents facteurs qui influent".

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK