Pierre-Yves Dermagne (PS): "C'est toujours un CDD en politique"

Pierre-Yves Dermagne (PS) : « C’est toujours un CDD en politique »
Pierre-Yves Dermagne (PS) : « C’est toujours un CDD en politique » - © RTBF

Pierre-Yves Dermagne, l’ex-ministre wallon des Pouvoirs locaux, est aujourd’hui le nouveau chef de groupe du parti socialiste au parlement wallon. Désormais dans l’opposition en région wallonne, le PS doit retrouver un nouveau souffle après les affaires, la chute du gouvernement wallon et un été mouvementé pour faire face à la nouvelle majorité MR-cdH.

Bye Bye Laurette et place aux jeunes

Au lendemain de l’annonce de Laurette Onkelinx de quitter la vie politique, les socialistes francophones doivent désormais se préparer et mobiliser de nouveaux visages pour les campagnes électorales de 2018 et 2019. " Je tiens à saluer le geste que Laurette Onkelinx a posé hier. A saluer son parcours politique, son combat pour la sécurité sociale ; au contraire de Maggie De Block, et son combat pour réduire les inégalités homme-femme.", raconte Pierre-Yves Dermagne.

Depuis quelques années, Pierre-Yves Dermagne est l’un de ces jeunes cadres sur lesquels le PS mise. Après la démission de Paul Furlan début 2017, il avait été choisi par Elio Di Rupo, le président du PS, pour monter au gouvernement wallon. Six mois seulement. " C’est toujours un CDD en politique ", souligne-t-il et d’ajouter un peu plus loin. " Je ne sais pas si je suis le bon exemple, mais en tout cas la preuve que le PS met en avant des jeunes et leur fait confiance ".

La Fédération Wallonie-Bruxelles plus light

Pierre-Yves Dermagne est de ceux qu’on qualifie de régionalistes. Une position qu’il a toujours assumée même au sein de son parti en estimant que certaines compétences de la Fédération Wallonie-Bruxelles devraient revenir aux régions. " Je suis un régionaliste convaincu. Mais il faut conserver un trait d’union entre les Bruxellois et les Wallons.  Mais je pense qu’on peut adopter une formule plus light, plus souple. Un parlement qui ne se réunirait pas toutes les semaines, mais uniquement en cas de besoin. Avoir des assemblées qui ne seraient pas permanentes avec des locaux, des services et du personnel dédicacés. ", estime-t-il.

Au parlement wallon, mais l’après-midi

La nouvelle majorité MR-cdH en Wallonie voudrait faire débuter les traditionnelles séances plénières du Parlement wallon à 14H et non plus le mercredi matin à 9H30.  Motif ? Permettre aux députés MR-cdH de se rendre à Namur à l’heure prévue et éviter de voir leur majorité ténue ne pas tenir la route. Pour le socialiste de Rochefort, c’est un non-sens.

" C’est la cerise sur le gâteau. Dire que les députés MR et cdH pourront faire la grasse matinée et être certain de pouvoir arriver au parlement à 14H. Imaginez le message que l’on donne à ceux qui se lèvent tôt pour aller à l’école ou au travail. C’est le lot commun d’une série de Belges. C’est une insulte à ceux qui lèvent tôt et qui ceux qui font des heures (sur la route) pour aller travailler "

Les fêtes de Wallonie sans les socialistes

Cela fait près de 30 ans que ce n’était plus arrivé : le Parti socialiste ne sera pas aux premières loges des festivités wallonnes, ce week-end. Un PS qui, selon les récents sondages, plonge à tous les niveaux de pouvoirs, si les électeurs devaient voter demain. Le PS le sait, il n’est pas dans une situation confortable. Le Congrès de rentrée, la semaine prochaine, clôturera les deux années de Chantiers des idées. " On travaille au renouveau du PS. Il y a eu des fautes commises par certains d’entre nous. Ils ont été exclus. Il y a eu de nombreux débats dans les sections locales et les fédérations sur toutes une série de thème. J’attends, lors du congrès, une prise de position forte des militants ", déclare le chef de groupe PS au parlement wallon.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir