Philippe roi des Belges: le fil de la journée en vidéos

Philippe roi des Belges: le fil de la journée en vidéos
14 images
Philippe roi des Belges: le fil de la journée en vidéos - © Tous droits réservés

Ce 21 juillet 2013, le roi Albert II a abdiqué, Philippe a prêté serment et est devenu le septième roi des Belges. Le Roi a remercié les Belges peu avant le feu d'artifice en s'adressant à la Nation depuis le balcon du Palais. Au final, 500 000 à 700 000 personnes ont assisté aux festivités.

Retrouvez les principaux événements de la journée, par ordre chronologique, en texte, photos et vidéos.

Dès 8h00, le Te Deum

Cette cérémonie, destinée à remercier Dieu (Te Deum Laudamus), lance traditionnellement les festivités de la Fête nationale en Belgique. Contrairement aux autres années, toute la famille royale est rassemblée à Bruxelles.

Parmi les invités, les responsables politiques des différents niveaux de pouvoir en Belgique, des ambassadeurs -et notamment l'ambassadeur américain sortant Howard Gutman-, la commissaire générale de la police, Catherine De Bolle, les magistrats de la Cour constitutionnelle, de la Cour de cassation et du tribunal de première instance de Bruxelles, le président de la Commission européenne José Manuel Barroso et la vice-présidente du Parlement européen Isabelle Durant.

La famille royale a été très applaudie à son entrée dans la cathédrale.

A 10h30, Albert II abdique et adresse "un gros kiss" à Paola

Lors de la signature de son acte d’abdication dans la salle du Trône du Palais royal, Albert II a tenu à remercier les autorités du pays mais surtout Elio Di Rupo, "qui a accepté et accompli avec succès la difficile mission de former ce gouvernement, et qui ensuite, avec les vice-Premiers ministres et tout le gouvernement, a pris les mesures nécessaires pour, dans des conditions difficiles, préserver au mieux le bien-être de tous les Belges".

"La Belgique se modernise et je m’en félicite", a-t-il dit. Avant de remercier également l’opposition , sans laquelle "il n’y a pas de démocratie digne de ce nom".

"Il en est de même pour la liberté de la presse, qu’il faut chérir à tout prix".

Il a ensuite eu un mot pour son épouse. "Quant à la Reine Paola, qui m’a constamment soutenu dans ma tâche durant ces 20 années, je voudrais simplement lui dire merci... et un gros kiss". Et pour son fils: "Merci que j’adresse aussi à celles et à ceux qui auprès de moi m’ont prodigué de précieux conseils. Enfin, en tant que Roi et père, je voudrais m’adresser à mon fils, qui va me succéder. Philippe, tu as toutes les qualités de cœur et d’intelligence pour très bien servir notre pays dans tes nouvelles responsabilités. Toi-même et ta chère épouse Mathilde, avez toute notre confiance. Ta mère et moi formons le vœu ardent de plein succès dans cette tâche à laquelle tu es bien préparé".

Elio Di Rupo, de son côté, a remercié Albert II : "En ce jour historique, au nom de la population de notre pays et au nom du gouvernement, je voudrais, Sire, vous remercier du fond du cœur. Vous remercier pour tout ce que vous avez fait et pour ce que vous avez été : un grand chef d’Etat ! C’est la tête haute et le devoir parfaitement accompli que vous tournez aujourd’hui une page importante de l’Histoire de notre pays".

Et il a terminé par donner ses encouragements à Philippe: “Nous savons tous que votre fonction sera exigeante. Elle impliquera qu’en permanence vous vous hissiez au-dessus de la mêlée. Vous partagerez les joies et les peines du peuple belge, ses inquiétudes et ses espoirs. Dévoué et attentif, vous serez au service de notre pays et de ses citoyens. Radieuse, la future Reine Mathilde vous secondera magnifiquement dans votre tâche. Et vous pouvez compter sur le plein soutien du gouvernement”.

La ministre de la Justice, Annemie Turtelboom, a ensuite lu l'acte d'abdication, qu'Albert II a signé. A partir de ce moment, la Belgique a été sans Roi pendant un court laps de temps.

A 12h00, Philippe prête serment au Parlement et devient le roi des Belges

Le président de la Chambre André Flahaut et la présidente du Sénat Sabine de Bethune ont informé vers 11h30 les Corps constitués, réunis dans l'hémicycle de la Chambre, de l'abdication du roi Albert, survenue un peu plus tôt dans la matinée.

Ils ont lu, en français puis en néerlandais, l'annonce de l'abdication du roi Albert.

Quelque 500 à 600 personnes étaient attendues dimanche au Parlement pour assister à la prestation de serment du nouveau roi. Tous les parlementaires, les ministres des différents niveaux de pouvoir, des hauts magistrats et des personnalités politiques telles que José Manuel Barroso ou les anciens Premiers ministres belges étaient présents.

C'est André Flahaut qui a accueilli le prince Philippe par un discours. Il a commencé par rendre hommage à Albert II, "un roi au dévouement sans faille". Il s’est ensuite adressé à Philippe : "Nous savons que l’Histoire des pays et des hommes qui la construisent n’est jamais figée. Nous savons que Vous aurez à cœur de participer pleinement à celle-ci, que Vous portez en grande estime l’héritage de Vos prédécesseurs, que Votre honneur est dans le respect de notre démocratie, de ses institutions et des règles qui la régissent. Nous savons que notre confiance en Votre attachement aux valeurs de justice et de solidarité est pertinente. Nous savons qu’elles sont celles de Votre famille et que Vous ambitionnez de les maintenir hautes et fortes tout au long de Votre règne". 

"Je veux aujourd’hui encourager chaque homme et chaque femme à faire face"

Vers midi, le prince Philippe a donc prêté serment et est ainsi devenu le septième roi des Belges. Il a ensuite prononcé son premier discours en tant que Roi.

"Je viens de prêter devant vous le serment constitutionnel. Je suis conscient de la responsabilité qui désormais m’incombe. Ce serment est une promesse solennelle qui renouvelle la relation de confiance qui existe depuis bientôt deux cents ans entre le Roi et le peuple belge".

Il a rendu hommage à son père et a remercié son épouse. "Je me rends compte de la chance que j’ai de pouvoir compter sur le soutien permanent de mon épouse la reine Mathilde. Chère Mathilde, depuis de nombreuses années, tu t’es investie de tout ton cœur dans de nombreuses activités. Tu as un sens inné pour le contact humain. Avec nos chers enfants nous entamons, confiants, ce nouveau chapitre de notre vie et de notre pays".

Il s’est ensuite adressé au gouvernement. "J’entame mon règne avec la volonté de me mettre au service de tous les Belges. (…) La richesse de notre pays et de notre système institutionnel réside notamment dans le fait que nous faisons de notre diversité une force.  Nous trouvons chaque fois l’équilibre entre unité et diversité.  La force de la Belgique est justement de donner un sens à notre diversité.

La nouvelle réforme de l’Etat réalise un transfert de compétences important aux entités fédérées.  Cela rapprochera les citoyens de la prise de décisions. Cela permettra de mieux rencontrer les défis de l'avenir. La force de la Belgique réside également dans ses entités fédérées. J’entends entretenir des contacts constructifs avec leurs responsables.  Je suis convaincu que la coopération entre l’Etat fédéral, les Communautés et les Régions s’opérera au plus grand bénéfice de nos citoyens et de nos entreprises (…)".

Et, enfin, le roi Philippe s’est adressé aux Belges.

"(…) Nous sommes confrontés à une crise qui frappe durement de nombreux concitoyens.  Je veux aujourd’hui encourager chaque homme et chaque femme à faire face.  Il y a en chacun de nous un potentiel insoupçonné qui n’attend qu’à se révéler. J’en suis profondément convaincu. De plus, nous avons collectivement les moyens pour surmonter nos difficultés et pour assurer à chacun l'opportunité de progresser".

Retrouvez l'intégralité de l'arrivée du roi Philippe à la Chambre, de sa prestation de serment (vers le milieu de la vidéo) et de son discours:

Sabine de Béthune, présidente du Sénat, a clôturé la prestation de serment par son discours.

"Par le serment que vous avez prononcé devant les Chambres réunies, vous scellez une fois de plus l’alliance conclue entre notre dynastie et le peuple. Vous prenez l’engagement de servir votre pays et de faire oeuvre de solidarité. Relevons le défi et unissons nos forces, à tous les niveaux, pour construire une société tolérante et démocratique. Au nom des Chambres fédérales et de toute la population, je vous souhaite de tout coeur beaucoup de succès dans l’accomplissement de la mission que vous avez acceptée".

Et de conclure: "Nous attendons avec confiance de découvrir la manière dont vous conduirez votre règne. Nous savons que vous exercerez vos fonctions avec un grand dévouement et dans un esprit de modernité. Nous souhaitons que vous et votre épouse puissiez être des bâtisseurs de ponts dans notre société".

En toute sécurité...

Une prestation de serment dont la sécurité avait été bien assurée. Cette vidéo, tournée ce dimanche matin, le montre :

A 12h30, 101 coups de canon... 

Trois canons M-101 de 105 mm ont tiré 101 coups de canon, espacé de 30 secondes, pour fêter le nouveau Roi. La tradition des 101 coups de canon remonte à l'époque de Napoléon.

... et "joyeuse entrée" de Philippe

Succès de foule pour le roi Philippe et la reine Mathilde. Le public a également réservé une salve d'applaudissements nourris aux agents de Bruxelles-Propreté intervenus dans la foulée des 132 cavaliers de l'escorte royale qui précédaient l'arrivée de la famille royale au palais.

13h00: apparition du nouveau roi Philippe au balcon du Palais royal

Acclamés par la foule rassemblée sur la place des Palais, le roi Philippe, la reine Mathilde, leurs enfants, Albert II et Paola ont fait leur apparition sur le balcon du Palais royal.

Soldat inconnu

Après cette matinée déjà bien chargée, le Roi a rendu hommage au soldat inconnu vers 14h00.

16h00: passage en revue des troupes

Le roi Philippe a commencé, peu après 16h, à passer les troupes civiles et militaires en revue à bord d'un véhicule blindé ouvert de l'armée.

Le nouveau souverain est parti du lieu-dit "La chasse", à Etterbeek, où il a été accueilli par le ministre de la Défense, Pieter De Crem, la ministre de l'Intérieur, Joëlle Milquet, ainsi que plusieurs responsables militaires.
     
Le roi Philippe a emprunté l'avenue d'Auderghem, le rond-point Schuman, au coeur du quartier européen, pour ensuite se diriger vers la rue de la Loi et la rue Royale, où se trouvent les cavaliers de l'escorte royale.   

17h00: défilé du 21 juillet

Il assiste à partir de 17h au défilé traditionnel du 21 juillet, une fois n'est pas coutume, sous un soleil radieux, en face du palais royal. 

Les cavaliers de l'escorte royale, qui fête cette année ses 75 ans d'existence, ont pris la tête du défilé, bonnets en poil d'ours sur la tête.
 
Parmi les spectateurs, les membres de la famille royale, des responsables politiques, dont le ministre de la Défense, Pieter De Crem, la ministre de l'Intérieur, Joëlle Milquet, des officiels ainsi que des milliers d'anonymes.
 
L'événement a commencé une heure plus tard que l'horaire habituel, en raison de l'abdication du roi Albert II et de la prestation de serment du nouveau roi Philippe.  
 
Au total, quelque 1500 militaires au sol, dont 200 étrangers, ainsi que 400 vétérans et jeunes en stage auprès des Forces armées et cadets de la Marine et de l'Air, participaient au défilé militaire.
     
Le défilé civil a été quant à lui l'occasion de rendre un hommage particulier aux différents services intervenus lors de la catastrophe ferroviaire survenue le 3 mai dernier à Wetteren. 
     
D'anciens véhicules de police ont défilé en clin d'oeil aux 20 ans de règne du roi Albert II. Le défilé civil marquait également les 10 ans d'existence de B-Fast et les 150 ans de la Croix-Rouge. 

Bain de foule et remerciements

Vers 19h30, le couple royal a pris un bain de foule dans le parc royal, prenant le temps de serrer des mains dans une ambiance chaleureuse.

Les spectateurs ont à nouveau longuement ovationné Philippe et Mathilde. La reine avait changé de tenue, quittant sa robe blanche pour un ensemble rose.

Le Roi s'est adressé au public peu avant le spectacle son et lumière et le feu d'artifice pour le remercier de son soutien et de sa confiance.

"Ensemble nous avons vécu une très belle journée, a-t-il affirmé, soyons fiers de notre beau pays". "Nous vous souhaitons encore une belle fête", a-t-il terminé sous les applaudissements.

Le feu d'artifice, majestueux pour ne pas dire royal, a ponctué ce marathon de festivités sur la place des Palais, non sans un dernier hommage à Albert II.

Entre 500 000 et 700 000 personnes et quelques arrestations

Environ 500 000 en permanence et 700 000 personnes en tout ont assisté aux festivités du 21 juillet, estime la vice-première et ministre de l'Intérieur Joëlle Milquet (cdH), sur base des informations communiquées par sa police.

Joëlle Milquet précise que la sécurité avait été augmentée par rapport aux années précédentes. Plus de 1200 policiers ont été mobilisés et 300 à 400 personnes ont été déployées pour les services médicaux.

Le dernier bilan provisoire, à minuit, de la Croix-Rouge fait état de 348 victimes dans les centres de soins, 56 interventions ambulances et 11 évacuations vers des hôpitaux, avance Eddy Adriaens, directeur opérationnel de la Croix-rouge pour le 21 juillet.

Durant le feu d'artifice, un enfant a fait tomber des pierres, en grimpant sur un mur. Trois enfants et deux adultes ont été très légèrement blessés dans cet incident.

La police de Bruxelles-Ixelles a procédé à neuf arrestations administratives, parmi lesquelles un groupe de quatre anti-royalistes néerlandophones et un second de cinq personnes de la diaspora congolaise, a indiqué de son côté le Commissaire Saad Amrani.

Une dixième personne a été interpellée en fin d'après-midi.

De l'émotion dès samedi

Les festivités avaient débuté dès samedi soir, avec un concert en l'honneur d'Albert II, au cours duquel Philippe a rendu hommage à son "papa".

La famille royale s'est ensuite rendue au bal national.

 

Julie Calleeuw (@Julbille) - JFH

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK