Philippe Henry (Ecolo) : "Alibaba à Liège ou en Allemagne, ça ne changera rien aux émissions de CO2"

Philippe Henry (Ecolo): "Refuser Alibaba à Liège ne changera rien aux émissions de CO2"
Philippe Henry (Ecolo): "Refuser Alibaba à Liège ne changera rien aux émissions de CO2" - © BRUNO FAHY - BELGA

Ministre wallon en charge du Climat, Philippe Henry est l’invité du Grand Oral RTBF/Le Soir ce samedi 25 janvier sur La Première et ce dimanche 26 janvier sur La Trois. Au menu : "l’hibernation" du gouvernement wallon, la politique wallonne en matière d’environnement.

C’est sur ce premier point que le ministre écologiste est amené à se prononcer avec une contradiction souvent décriée : l’ambition verte du gouvernement wallon et le passe-droit cédé au géant de l’e-commerce, Alibaba. "Je ne conteste pas, mais il est clair que le dossier de l’aviation est un dossier très compliqué à l’échelle internationale. Ce n’est pas la Wallonie qui décide toute seule du développement aéroportuaire possible"

La Wallonie a bien le pouvoir d’accueillir ou non des aéroports sur son territoire, mais pas du type d’activité qu’ils occuperont, explique-t-il. "Les chiffres de l’augmentation du nombre de colis, c’est un peu effrayant", concède-t-il tout en rappelant que de nombreux consommateurs se sont habitués à ce mode de consommation.

Mais il continue : "Je pense qu’il y a un travail en profondeur qui doit être fait. Que Alibaba s’installe à Liège ou à la frontière allemande, chez nos voisins, ou dans un autre pays très proche, ça ne va pas changer grand-chose en termes d’émissions et en termes d’impact réel sur la distribution des fournitures".

Il est ensuite invité à répondre aux attaques de François Desquesne, chef de groupe cdH au Parlement wallon. Ce dernier appelait jeudi sur les antennes de La Première le ministre président, Elio Di Rupo (PS), à sortir de son rôle d’"Hibernatus". Philippe Henry lui répond que l’installation d’un gouvernement prend du temps et que les chantiers sont importants. Ils ont commencé par celui de Nethys. "Vu nos ambitions, les décrets vont prendre le temps de s’écrire".

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK