Peste porcine : reprise partielle des travaux forestiers en zone infectée

temporary-20200304035510
temporary-20200304035510 - © JEAN-LUC FLEMAL - BELGA

La ministre régionale de la Forêt, Céline Tellier (Ecolo), l’a annoncé ce mercredi en fin de journée: une partie des travaux forestiers vont pouvoir reprendre, probablement en avril et à certaines conditions strictes de biosécurité, en zone infectée par la peste porcine africaine, dans le sud de la province de Luxembourg. Cette reprise d’activité devra se faire en concertation avec le Département de la nature et de la forêt (DNF).

Il s’agit pour l’essentiel de récolte de bois, et de travaux de taille et d’élagage avec des outils à main, à la débroussailleuse et à la tronçonneuse. En revanche, les travaux de gyrobroyage et de peignage restent interdits.

Et parmi les conditions imposées, les exploitants devront nettoyer quotidiennement leurs bottes et vêtements, et désinfecter le matériel roulant. Ils devront également signaler toute découverte de cadavre de sanglier.

"C’est clairement une bouffée d’oxygène pour les exploitants forestiers et pour les communes qui ont perdu des revenus relatifs à la vente de bois, se réjouit Céline Tellier. Mais il est encore trop tôt pour envisager une réouverture générale là où l’accès à la forêt est encore interdit à d’autres types d’activités. Nous attendons un rapport à ce sujet dans les prochaines semaines".

Attente du secteur

La reprise, même partielle, de l’activité forestière répond à la demande du secteur, qui l’avait encore répété au gouvernement régional le 20 février dernier.

"Je connais un débardeur qui a revendu tout son matériel à cause de la crise. Vous savez, la période n’a vraiment pas été facile, on a passé de nombreuses nuits blanches, déplore Sylvain Genin. Cet exploitant forestier attendait donc cette décision avec impatience. On va commencer par sortir les chablis et les houppiers qui pourrissent depuis le début de la crise".

"On n’a pratiquement pas sorti les abatteuses-ébrancheuses et les débardeuses depuis des mois, ajoute sur le même ton son confrère Christophe Rongvaux. Donc nous insistions pour que la forêt soit à nouveau accessible, pour que les coupes soient autorisées, et pour que la vente de bois puisse reprendre. Nous sommes prêts à redémarrer tout de suite !"

Selon un décompte réalisé au début du mois de mars, 4634 sangliers ont été analysés sur l’ensemble de la zone critique, et 832 ont été découverts positifs à la peste porcine africaine. Le dernier le 11 août dernier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK