Peste porcine: la France pose des clôtures mais réduit la zone à risque

Le périmètre des communes faisant partie de la Zone d'observation renforcée (ZOR) pour éviter la propagation de la peste porcine africaine depuis la Belgique limitrophe a été réduit de moitié dans les Ardennes. C’est ce qu’a annoncé la préfecture ce samedi matin.

"A la suite de la détection des premiers cas de peste porcine africaine (PPA)" mi-septembre, il était interdit de chasser ou de s'adonner à des activités de loisirs (promenade, sport, cueillette) dans 43 communes des Ardennes. Les cas découverts depuis le début de la crise en Belgique "étant tous circonscrits autour du foyer d'origine", l'Agence nationale française de sécurité sanitaire (Anses) a préconisé de "réduire la ZOR dans sa partie la plus occidentale", d'après le communiqué.

Ainsi 21 communes sont sorties du périmètre et intègrent "la zone d'observation simple" tandis que 22 autres en font toujours partie.

Pose de clôtures

Malgré l’allègement des mesures, la pose de clôtures le long de la frontière franco-belge a bien lieu ce week-end. Des dizaines de chasseurs et d’agriculteurs de Meurthe-et-Moselle s’en chargent. Patrick Massenet, président de la fédération des chasseurs de Meurthe-et-Moselle.

L’homme est plutôt serein et confiant sur le bien fondé de ces clôtures: "Si je n’étais pas optimiste je ne le ferai pas. Je n’ai pas l’habitude de faire des actions désespérées. Naturellement que nous sommes optimistes, les connaissances sur la maladie sont peut-être encore insuffisantes pour dire que ça va fonctionner… Mais la maladie n’est déjà pas en France. Mais il faut réagir, l’action vaut mieux qu’une inaction totale qui ne rime à rien. Les gens sont très concernés par ça, les chasseurs sont très responsables, ils veulent agir aussi devant une situation pour laquelle ils ne sont en rien responsables, il subissent la situation, comme les chasseurs belges. Ils subissent cette situation qui vient des pays de l’est. "

Les clôtures électriques seront installées à des endroits stratégiques.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK