Peste porcine africaine: le ministre Ducarme reconnaît la filière porcine comme secteur en crise

Peste porcine africaine: le ministre Ducarme reconnaît la filière porcine comme secteur en crise
Peste porcine africaine: le ministre Ducarme reconnaît la filière porcine comme secteur en crise - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Le ministre fédéral de l'Agriculture et des Indépendants, Denis Ducarme, a reconnu la filière porcine, touchée financièrement par l'apparition d'un foyer de peste porcine africaine dans le sud de la province de Luxembourg, comme secteur en crise, a-t-il annoncé vendredi à l'issue d'une réunion avec les syndicats agricoles.

Le ministre a également étendu la mesure à l'ensemble des indépendants de la zone infectée directement impactés par la peste porcine, comme les exploitants forestiers qui ne peuvent plus accéder à leur parcelle ou les gérants d'établissements touristiques qui ont vu leur fréquentation chuter.

Réduction, dispense ou report des cotisations sociales

Concrètement, les indépendants concernés pourront obtenir, selon leur cas: une réduction des cotisations sociales provisoires; une dispense des cotisations sociales ou le report de paiement d'un an des cotisations sociales pour les quatre trimestres de 2019. Ces mesures seront d'application pour les quatre trimestres de l'année 2019.

Denis Ducarme a également signé, en accord avec l'Afsca et les autorités européennes, un arrêté ministériel assouplissant les règles relatives au transport des porcs, ce qui permettra de réduire les coûts auxquels sont confrontés les éleveurs et de soulager leur trésorerie.

Depuis l'apparition du foyer de peste porcine africaine dans le sud de la province de Luxembourg, les prix du porc ont chuté d'environ 20%, jusqu'à 0,85 euro du kilo, soit en-dessous du prix de revient.

Le secteur porcin belge comprend plus de 4000 exploitations porcines et représente plus de 15.000 emplois. Le chiffre d'affaires annuel de la filière s'élève à 1,5 milliard d'euros.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK