Peste porcine: 15 sangliers diagnostiqués positifs au virus, une clôture est envisagée

René Collin confirme que 15 sangliers se sont révélés positifs au virus. Le ministre annonce également qu’une clôture sera installée pour éradiquer la maladie.

Une barrière qui ne sera pas mise en place autour des 63 000 hectares, mais autour d’une zone plus petite, un périmètre qui doit encore être défini, explique René Collin, et qui dépend des endroits où les carcasses infectées par le virus ont été retrouvées.

Un délai de trois semaines à un mois avant que la clôture ne voie le jour

On ne sait pas encore dire si la zone infectieuse est dans un rayon de deux, trois, quatre, cinq, ou dix kilomètres autour des premières carcasses, commente René Collin. "Dès qu’on aura une cartographie suffisante — et aujourd’hui même, le DNS va faire une première évaluation sur l’ensemble des 63.000 hectares — on pourra isoler la zone vraiment infectée."

Le ministre évoque un délai de trois semaines à un mois avant que la clôture ne voie le jour. Le but de cette zone est de contenir les populations de sangliers présentes. Deux scénarios sont possibles, expliqué René Collin : "C’est une éradication. La plupart des sangliers évidemment vont mourir d’eux-mêmes, s’ils sont infectés. Pour les autres, ce seront des tirs sanitaires de façon à ce qu’il n’y en ait plus aucun dans la zone."

René Collin précise aussi qu’une zone de surveillance sera mise en place en dehors de la zone clôturée. Le ministre a également transmis les premiers résultats des analyses ADN effectuées sur ces animaux. Ces résultats confirment que le virus isolé en Ardenne, chez nous, est semblable à celui qui circule en Europe de l’Est. Mais cela ne veut pas dire que la maladie provient de cette partie du continent. Des analyses plus poussées sont encore nécessaires.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK