Perquisition chez Alain Mathot: le procureur veut une enquête

Il y a quelques jours, Alain Mathot était sur nos antennes. En cette période de campagne, le bourgmestre de Seraing est un homme en vue, puisqu'il est tête de liste socialiste à Liège, là où on attendait Michel Daerden. En rentrant chez lui, après l'émission, il constate que des perquisitions sont en cours à son domicile. Des perquisitions qui feraient suite à une lettre anonyme envoyée à un journaliste, il serait question de corruption et de blanchiment d'argent. Hier c'est dans les bureaux de l'échevinat de l'urbanisme de Mons que des perquisitions avaient lieu, échevinat socialiste. Autant dire qu'au PS, on commence à l'avoir mauvaise, et on trouve l'agenda fort suspect. Pour appuyer sa thèse, le PS nous fait parvenir une lettre du procureur général de Mons. Claude Michaux s'étonne lui aussi de ces perquisitions.

A Liège aussi, on s'interroge

Cette stupéfaction, le procureur général de Liège la partage, d'autant que les choses se répètent. "Chaque fois qu'un homme politique est concerné par des devoirs judiciaires, on en fait une publicité absolument ehontée et donc, c'est ce phénomène-là que je dénonce aujourd'hui. Chaque personne est présumée innocente et si on ne respecte pas le secret de l'instruction, si les personnes, des collaborateurs de justice violent leur secret professionnel, et bien, on peut causer un tort considérable aux personnes qui sont concernées et qui ne le méritent pas" déclare à notre micro Cédric Visart de Bocarmé. Le procureur général de Liège a également demandée une information pour violation du secret professionel.

 

HM avec Julie Morelle

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK