Périphérie : une francophone, choquée, témoigne

RTBF
RTBF - © RTBF

Marie, francophone d'une commune à facilités, est appelée à siéger comme assesseur ce dimanche. Les documents étant en néerlandais, elle demande à les recevoir en français. S'en suit une conversation houleuse avec la juge de paix du canton électoral de Zaventem. Aujourd'hui, elle reste sans voix et choquée.

Par souci d'anonymat, on l'appellera Marie. La semaine passée elle reçoit une convocation en néerlandais l'appelant à venir siéger en tant qu'assesseur pour les élections fédérales de ce dimanche 13 juin. Francophone, elle effectue une demande par écrit afin de recevoir les documents dans sa langue maternelle, mais sans succès.

La raison ? La lettre ne vient pas de sa commune, mais bien du canton électoral de Zaventem, et là pas de facilités linguistiques. Voilà ce que la juge de paix du canton lui a répondu lors d'un coup de téléphone donné après réception de la demande.

Mais ce que dénonce Marie, c'est surtout l'arrogance avec laquelle la juge de paix de Zaventem s'est exprimée. Voici, ci-contre, le témoignage de Marie, choquée par cet entretien téléphonique houleux.

 

Betty Cleeren

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK