Pénurie d'électricité: "Impossible de compter sur la centrale de Vilvorde"

Pénurie d'électricité: impossible de compter sur la centrale de Vilvorde, dit la CSC
Pénurie d'électricité: impossible de compter sur la centrale de Vilvorde, dit la CSC - © HERWIG VERGULT - BELGA

Le secrétaire fédéral Gazelco (CSC) Didier Nicaise a mis en garde jeudi sur l'impossibilité d'inclure la centrale de Vilvorde dans la réserve stratégique dans l'immédiat, sa remise en route nécessitant des modifications techniques. Sa production serait en outre inférieure à celle annoncée par le gouvernement. La secrétaire d'Etat à l'Energie Catherine Fonck a rétorqué que cette centrale, à l'arrêt depuis le 1er janvier 2014, pourra être réactivée dès le 1er décembre en cas de pénurie d'électricité.

La centrale de Seraing n'a jamais été mise sous cocon. L'ensemble du personnel est sur place pour la démarrer. Cela peut être fait dans les 6 heures. Elle peut fournir 450-460 MW tandis que Vilvorde a été mise sous cocon. Il n'y a plus le personnel sur place. Celui-ci a été redirigé et reclassé. Il y a également un aspect technique notable à considérer. La remise en service des installations existantes prendrait des mois, selon le syndicaliste.

Didier Nicaise ajoute que pour des questions de délai, il est nécessaire de transformer l'unité de production en retirant la vapeur du cycle pour obtenir une centrale à cycle ouvert. Cela nécessite de passer d'une turbine gaz-vapeur à une simple turbine gaz. Il faut alors construire une cheminée pour l'évacuation des gaz polluants. Le cycle ouvert est extrêmement polluant. Cette transformation amoindrit également la capacité maximale de production de moitié et permet seulement de dégager 275 MW.

La mobilisation des deux centrales de Seraing et de Vilvorde ne permet donc pas d'atteindre l'objectif des 850-860 MW fixé par le gouvernement. "Aucun document ne m'a encore été transmis pour officialiser la décision de mettre les centrales de Seraing et Vilvorde dans la réserve stratégique pour un total de 850-860 MW", commente Didier Nicaise. "Même si la décision du gouvernement est prise aujourd'hui, la cheminée ne pourrait être construite que pour la fin 2014".

Catherine Fonck rétorque que cette centrale pourra être réactivée dès le 1er décembre en cas de pénurie 

La secrétaire d'Etat à l'Energie Catherine Fonck(cdH) répond que cette centrale, à l'arrêt depuis le 1er janvier 2014, pourra être réactivée dès le 1er décembre en cas de pénurie d'électricité.

Catherine Fonck confirme que la capacité maximale de production de cette centrale sera réduite par rapport à la capacité initiale mais souligne que la réserve stratégique atteindra 850 MW, comme prévu.

"La centrale de Vilvorde pourra redémarrer cet hiver, au 1er décembre, en cas de pénurie d'électricité. Des investissements sont en cours et la situation est suivie de près par la CREG (l'autorité de régulation fédérale des marchés du gaz et de l'électricité, ndlr)", a expliqué à l'agence Belga la secrétaire d'Etat à l'Energie.

Selon Catherine Fonck, la capacité maximale de la centrale de Vilvorde sera effectivement réduite et ne pourra dépasser les 265 MW. Comme annoncé, la réserve stratégique atteindra 850 MW, soit 265 MW via la centrale de Vilvorde, 485 via celle de Seraing et enfin 100 MW via la gestion de la demande de clients interruptibles, visant, moyennant compensation, de réduire la charge de clients raccordés au réseau.

"En cas de pénurie, on procédera d'abord à des importations puis seulement on activera les réserves stratégiques", selon la secrétaire d'Etat. "Si la centrale de Vilvorde pourra être activée dès décembre, le risque de pénurie concerne surtout les mois de janvier et février, durant lesquels les jours sont plus courts et les plus froids, et l'apport de l'énergie solaire amoindri", a-t-elle précisé. 


Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK