Pensions publiques: le gouvernement Michel veut économiser 400 millions

Pensions publiques: le gouvernement Michel veut économiser 400 millions
Pensions publiques: le gouvernement Michel veut économiser 400 millions - © Tous droits réservés

Le gouvernement souhaite réaliser 400 millions d'euros d'économies dans les pensions publiques au cours des trois prochaines années, rapporte mardi le quotidien L'Echo, qui a pu consulter une note interne de l'exécutif fédéral.

Le gouvernement envisage d'économiser 57 millions l'année prochaine, 142,5 millions en 2017 et 200 millions en 2018. Soit un total de près de 400 millions d'euros.

Supprimer des acquis

Les mesures pour parvenir à ces économies budgétaires ne sont pas neuves. Elles ont déjà été évoquées par le gouvernement fédéral. L'idée est de supprimer certains acquis dont bénéficie actuellement le personnel de la fonction publique.

Parmi ces mesures, il y a la fin progressive de la bonification des diplômes dans le calcul des pensions. Autrement dit, les années d'étude après les études secondaires ne seront plus prises en compte dans le calcul de la durée des carrières. Cela représente trois ans pour un instituteur à cinq ans pour un professeur qui enseigne dans le secondaire supérieur. 

Le gouvernement fédéral souhaite également mettre fin à la possibilité donnée au personnel nommé d'assimiler la période pendant laquelle il a presté en tant que contractuel. A l'heure actuelle, cette règle permet au personnel nommé d'augmenter la durée de sa carrière et de partir donc plus tôt à la retraite.

Une autre piste évoquée concerne la suppression des tantièmes préférentiels. Aujourd'hui, chaque année travaillée rapporte un cinquante-cinquième pour l'enseignant. Mais à l'avenir, ce sera un soixantième. Autrement dit, les années exercées seront moins valorisées.     

Après concertation sociale

Contacté par nos soins, le porte-parole de Daniel Bacquelaine, le ministre des Pensions, précise que "les pistes seront discutées au sein du Comité national des pensions et rien ne sera décidé sans concertation sociale". Concernant le montant évoqué de 400 millions d'euros d'économies, "il s'agit là d'une note interne mais le montant n'a pas encore été arrêté" ajoute le porte-parole du ministre. Un Conseil des ministres restreint aura lieu à ce sujet le 28 août.    

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK