Pensions: le rachat des années d'études suscite des questions même dans la majorité

Daniel Bacquelaine, ministre fédéral des Pensions
Daniel Bacquelaine, ministre fédéral des Pensions - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

La réforme du rachat des années d'études afin de les valoriser dans le calcul de la pension suscite de nombreuses questions. L'opposition a exprimé de sérieux doutes sur l'opération. Dans la majorité, la perplexité était également de mise, particulièrement dans les rangs de l'Open Vld.

La commission nationale des pensions présidée par Frank Vandenbroucke avait préconisé de supprimer ce mécanisme. Le gouvernement fédéral a préféré le maintenir mais en harmonisant le système pour les trois régimes -fonctionnaires, salariés, indépendants, ce qui a impliqué de rendre la valorisation payante pour la première catégorie.

"A terme, tous régimes confondus, c'est une économie qui freinera l'évolution du coût du vieillissement", a assuré le ministre des Pensions, Daniel Bacquelaine.

Les libéraux flamands auraient voulu suivre l'avis de la commission Vandenbroucke. "La suppression pure et simple allait mener à une diminution pure et simple des pensions. On a donc suivi un principe général d'harmonisation", a répondu le ministre.

"Tout le monde travaillera plus longtemps"

La réforme devrait entrer en vigueur le 1er juin de cette année. L'opération aura un rendement positif, a assuré le ministre. Mais quel sera dès lors l'intérêt de racheter des années d'études si l’État réalise une économie, ont demandé plusieurs groupes.

"Pourquoi fait-on des économies et que personne ne perd? Parce que tout le monde travaillera plus longtemps, c'est le sens des différentes réformes que nous menons", a fait remarquer Daniel Bacquelaine.

Les critiques ont été vives à propos des conséquences sur les fonctionnaires, particulièrement dans l'enseignement où le nombre de femmes est prédominant. "Ce sont une nouvelle fois également les femmes qui vont payer le prix de ce projet de loi", a fustigé Catherine Fonck (cdH).

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir