Pensions des plus de 50 ans: le ministre Bacquelaine assume la philosophie du projet

Une certaine confusion est apparue au sein de la majorité fédérale au sujet d'une mesure qui touche les pensions. Les pensions des chômeurs de 50 ans et plus sont particulièrement visées. Tout est parti d'un débat entre le président du sp.a John Crombez et son homologue de l'Open VLD, Gwendolyn Rutten.

Un malentendu?

C'est John Crombez qui a ouvert le feu en accusant le gouvernement d'avoir pris une mesure qui prive de 140 euros par mois les chômeurs de plus de 50 ans pour leur pension. Faux, a rétorqué la présidente de l'Open VLD. 

>>> Réduire les pensions? Mince j'ai oublié... [La Chronique de Bertrand Henne]

Mais lundi, le ministre des Pensions Daniel Bacquelaine (MR) a donné raison au sp.a. Les textes ont été bien envoyés au conseil d'Etat.

Gwendolyn Rutten a réagi. Selon elle, il s'agit d'un malentendu et son parti combattra la mesure. Le CD&V lui a tout de suite emboîté le pas. Et puis la N-VA a, de son côté, affirmé qu'il s'agissait bel et bien d'une initiative concrète qu'il fallait prendre au sérieux.

Celui qui travaille plus longtemps aura une pension plus élevée

Ce mardi le ministre Bacquelaine en dit plus sur ceux qui seraient concernés par cette mesure : en cas de prépension volontaire ou de chômage pendant plus d'un an, on ne tiendrait pas compte pour le calcul de la pension du dernier salaire, mais d'un salaire théorique de 2000 euros par mois. L'arrêté royal existe bel et bien et le ministre assume la philosophie de son projet: "Cela ne concerne qu'un certain type de périodes de chômage: des périodes continues et longues. Cela ne concerne pas le chômage économique, ni celui à temps partiel, ni les prépensions pour restructuration d'entreprises ni pour raison médicale. Une série d'exceptions existent déjà. On vise à faire en sorte que celui qui a des périodes de travail effectif ait effectivement une pension supérieure aux personnes qui ont peu travaillé, ou qui ont eu de longues personnes de chômage ou de prépension".

Pour Daniel Bacquelaine, ce projet n'est qu'une amplification des mesures du gouvernement précédent. Des adaptations sont envisageables lorsque le texte reviendra sur la table du gouvernement Michel, mais la philosophie du projet demeurera.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK