Pédophilie: la Commission Adriaenssens jette l'éponge

RTBF
RTBF - © RTBF

La commission d'enquête interne de l'Eglise catholique belge, dite Commission Adriaenssens, a décidé de démissionner collectivement jeudi. Toutes ses archives avaient été saisies jeudi dernier lors d'une perquisition qui signifiait la fin de ses travaux, selon Peter Adriaenssens.

La perquisition qui a eu lieu jeudi dernier avait profondément choqué le psychiatre Peter Adriaenssens, président de la Commission, qui y avait vu une atteinte à la confidentialité assurée aux personnes qui étaient venues confier leurs difficultés dans ce domaine des abus sexuels au sein de l'Eglise.

La dizaine de membres de la Commission s'est réunie dans ses locaux louvanistes. Nancy Demontpellier, conseillère pastorale a demandé à ses collègues de prendre le temps de la réflexion.

"Dans toute situation c'est important de réfléchir. (...) Nous sommes tout un groupe, il n'y a pas que le président mais nous allons parler ensemble franchement et donner nos avis et voir un peu ce qu'on peut faire au mieux pour la société, tout en respectant le travail de la Justice. (...) Un souhait est que ceux qui se sont exprimés puissent garder confiance et savoir que, bon, des personnes sont à l'écoute de leurs souffrances et que donc (la Commission) gardera une déontologie etc par rapport à cette mission-là."

La décision est donc tombée. La Commission démissionnera collectivement jeudi. Elle demanderait toutefois à l'Eglise de prévoir un accueil pour les victimes de tels abus en son sein. La forme que revêtira cet accueil n'a pas encore été précisée. Il s'agira maintenant de voir ce que vont devenir les dossiers.

"Très dommage mais compréhensible"

Eric De Beukelaer, le porte-parole d'André-Joseph Léonard et de la conférence épiscopale belge, déplore la démission annoncée de la commission Adriaenssens mais dit avoir de la compréhension pour la situation.

"C'est une affaire très regrettable pour l'Eglise mais aussi et surtout pour les victimes", poursuit le porte-parole. "La commission était en train de réaliser quelque chose de bien. De l'autre côté, nous comprenons les membres de la commission. Il était très difficile de poursuivre dans ces conditions".

Eric De Beukelaer a également insisté sur l'importance de la commission pour les affaires qui sont prescrites: "Vu que les victimes ne peuvent plus intenter de procès devant la justice, la commission était très importante pour elles".

Il est cependant encore beaucoup trop tôt selon le porte-parole de Mgr Léonard pour s'exprimer à propos de l'avenir de la commission et des victimes.

M.S. avec Dominique Delhalle et Belga

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK