Pays-Bas: plusieurs partis demandent un droit de regard sur la centrale nucléaire de Doel

"Si quelque chose tourne mal, les problèmes ne s'arrêteront pas à la frontière", a déclaré une députée néerlandaise.
"Si quelque chose tourne mal, les problèmes ne s'arrêteront pas à la frontière", a déclaré une députée néerlandaise. - © KRISTOF VAN ACCOM - BELGA

Plusieurs partis néerlandais d'opposition ont demandé au gouvernement de La Haye d'exiger à Bruxelles un droit de regard sur la centre nucléaire de Doel. La presse batave estime que les inquiétudes augmentent outre-Moerdijk après le nouvel arrêt du réacteur numéro 1 survenu samedi."Ces centrales sont si vieilles, que si quelque chose tourne mal, les problèmes ne s'arrêteront pas à la frontière", a déclaré la députée Stientje van Veldhoven (D66) au journal AD.

Groenlinks demande un débat à ce sujet depuis longtemps tandis que le SP exige carrément la fermeture de la centrale. "Les installations ont à peine été remises en route qu'elles sont immédiatement tombées en panne. Nous ne pouvons pas qualifier cela de simple incident à chaque fois", a expliqué le député Eric Smaling (SP). Doel 1 a redémarré le 30 décembre, après dix mois d'arrêt. Le réacteur s'est automatiquement mis à l'arrêt samedi après un problème de générateur. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK