Paul Magnette: "Sophie Wilmès peut mener les négociations pour un nouveau gouvernement"

Le président du parti socialiste a fait le point ce dimanche sur l’avancée des discussions avec les autres présidents de parti en vue de former à terme un nouveau gouvernement fédéral. Pour Paul Magnette, la Première ministre peut mener les discussions même si elle doit garder du temps pour les plans d’après-coronavirus.

"Un journaliste nous a baptisés les "snuffelaars"(les renifleurs), ça pourrait être bien mais nous n’avons pas officiellement le statut de. Nous écoutons tout le monde et nous verrons après", plaisante ce dimanche le président du PS sur le plateau du Zevende Dag (VRT).

Depuis quelques semaines, les présidents socialistes du nord et du sud du pays mènent des discussions avec un objectif : "Quelles sont les leçons que l’on peut tirer de la crise coronavirus ?"

Le président du PS est convaincu qu’il n’est plus l’heure pour les économies appliquée sous le gouvernement Michel : "Les méthodes de la coalition suédoise, les économies et l’austérité, seraient un drame. Il y avait un programme avant la crise : une coalition suédoise très libérale. De notre côté, nous avons toujours dit qu’on voulait l’inverse."

La N-VA supplie pour faire partie du gouvernement

Paul Magnette reproche l’incohérence des messages diffusés par les représentants de la N-VA. D’un côté, Johan Van Overtveldt rejette lourdement le programme de relance du PS. De l’autre, Theo Francken tendait la main aux socialistes. "La N-VA supplie pour faire partie du gouvernement. On ne peut pas dire qu’on veut aller au pouvoir avec le PS mais en même temps dire qu’on ne veut pas entendre parler du programme du PS", commente le leader du parti socialiste.

Au suivant / à la suivante

Officiellement, le Roi ne peut désigner quelqu’un pour mener les négociations car la Belgique a un gouvernement, certes minoritaire, mais soutenu par une majorité du Parlement.

Le duo de présidents socialistes compte présenter un rapport de leur discussion avec les différents présidents de parti. Mais, ensuite, qui doit prendre la main ? Paul Magnette répond : "Nous n’avons pas d’exclusive. Sophie Wilmès peut mener les négociations pour un nouveau gouvernement, mais les mesures de soutien sont chronophages. Nous avons encore un superkern vendredi. Les contacts pour former un gouvernement sont un peu moins actifs ces derniers jours. À un certain moment, quelqu’un doit prendre l’initiative et Sophie Wilmès peut certainement la prendre."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK