Paul Magnette sollicité par le PS français pour siéger à l'Europe

Selon une information du journal Le Figaro, l'ancien Ministre-Président wallon Paul Magnette a été approché par le PS français pour siéger en tête de liste des élections européennes, qui se tiendront en mai 2019.

Le PS européen se cherche un leader pour mai 2019. Schulz l'avait été en 2014. Les Français ne veulent pas de Moscovici. Il reste encore l'italienne Mogherini ou encore le commissaire neerlandais Timmermans. Mais aucun ne fait vraiment l'unanimité. La proposition faite à Paul Magnette rentre dans ce cadre.

Contacté par nos soins, le socialiste confirme avoir été contacté. Dans le journal Le Soir, le bourgmestre de Charleroi s'est dit flatté, mais affirme se concentrer sur les élections communales belges d'octobre prochain.

Conséquences potentielles en Belgique

Si l'aventure est tentante pour l'homme politique, ce serait une petite catastrophe pour le PS belge francophone, car les élections législatives et régionales belges auront lieu en même temps que les européennes. Si Paul Magnette venait à se présenter en France, le PS devrait faire une croix sur son apport électoral. Impossible également de cumuler le statut de député européen et bourgmestre de Charleroi...

Mais il est difficile d'imaginer un Paul Magnette ne se présentant pas aux prochaines élections législatives belges, tant il est pressenti comme le successeur d'Elio di Rupo à la présidence du PS.

Pas une surprise selon Pascal Delwit

La décision du Parti socialiste français n'étonne pas Pascal Delwit, professeur de sciences politiques : "D'un côté, il s'est fait fort connaître en France quand la Wallonie a refusé de signer le CETA. D'autre part le Parti socialiste français est en difficulté depuis les présidentielles 2017."

Selon le politologue, il y a très peu de chances qu'il accepte : "On voit mal comment il pourrait être engagé dans une campagne en France alors que la campagne des régionales et des fédérales qui vient en Belgique est très très importante pour le Parti socialiste belge, pour son retour éventuel à la Région wallonne ou fédéral."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK