Paul Magnette: "Il faudrait davantage taxer l'oisiveté que le travail"

Paul Magnette: "Il faudrait davantage taxer l'oisiveté que le travail"
Paul Magnette: "Il faudrait davantage taxer l'oisiveté que le travail" - © Tous droits réservés

Invité de Matin Première ce lundi, le président du parti socialiste est revenu sur l'idée de taxer davantage le capital. Pour Paul Magnette, ce sont les gens qui malgré la crise, touchent des revenus du capital au-dessus de 4 ou 5% qu'il faut viser, pas les petits épargnants.

"Il faut taxer les revenus du capital et il faut le faire de la manière la plus progressive possible. C'est comme cela que c'est juste", déclare Paul Magnette. "Evidemment qu'il ne faut pas que l'épargnant qui a mis sur un carnet d'épargne quelques milliers ou quelques dizaines de milliers d'euros, qui touche quelques pourcents qui sont à peine au-dessus de l’inflation, évidemment que ce n'est pas celui-là qu'il faut viser. Evidemment que celui qui est propriétaire de sa maison, voire, qui a hérité d'une maison de ses parents et l'a mise en location, ce n'est pas ceux-là qu'il faut viser".

Le président du parti socialiste vise plutôt les 20% des personnes dans les mains desquelles se concentre plus de 60% du capital du pays (des chiffres mis en évidence par une récente étude de la banque nationale).

"Ce ne sont pas des petits travailleurs qui ont épargné au long de leur carrière, ce sont, la plupart du temps, des gens qui ont hérité d'un capital de leurs parents et de leurs grands-parents. Et ils se concentrent de plus en plus, de génération en génération", explique-t-il, en citant l'économiste français, Thomas Piketty, qui affirmait il y a environ un mois, sur Matin Première également, que "nous somme riches collectivement" mais de façon inégalitaire.

"Il n'y a plus de croissance démographique, on fait de moins en moins d'enfants. Autrefois, le gros capital d'une grande famille bourgeoise était réparti entre 5-6 enfants de génération en génération. Aujourd'hui, il est réparti entre deux enfants. Et donc, il tend à se concentrer, de plus en plus, de génération en génération et il produit des revenus très élevés. C'est cela la profonde injustice de notre système aujourd'hui", poursuit Paul Magnette. Car si la croissance reste faible, "1% ou 1,5% quand cela va bien", par contre, les revenus du capital, rapportent 4 ou 5%, voire 6 ou 7% par an.

"Cela veut dire que si vous avez un capital, vous avez trois fois plus de chance de vous enrichir que si vous travaillez. Là, il y a une injustice fondamentale qui doit être corrigée".

Et pour y mettre un terme, le président du PS propose que l'"on globalise l'ensemble des revenus et on applique un tarif progressif".

"C'est quand même logique que quelqu'un qui travaille ne paie pas plus d'impôts que quelqu'un qui voit tout simplement son capital fructifier tout seul. On pourrait même considérer, philosophiquement, qu'il faudrait davantage taxer l'oisiveté que le travail, mais essayons au moins d'avoir le même niveau".

 

C. Biourge

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK