Paul Magnette et Bart De Wever au rapport ! Épisode 1

Les deux présidents de parti du PS et de la N-VA ont rendez-vous ce vendredi 31 juillet à 14h30 avec le Roi Philippe, 10 jours après la mission confiée par le souverain à Bart De Wever et Paul Magnette.

La veille de la fête nationale, le chef de l’État avait chargé les deux hommes "de prendre les initiatives nécessaires permettant la mise en place d’un gouvernement qui s’appuie sur une large majorité au parlement".

Après dix jours de travail, les deux hommes vont donc rendre un premier rapport.

Jaune et rouges à la manœuvre

Premier enseignement : la discrétion s’est imposée. Ce qui contraste avec les missions précédentes. Pratiquement rien n’a filtré des discussions entre nationalistes et socialistes. Signe sans doute que des éléments concrets sont désormais sur la table.

Deuxième élément : ce sont clairement PS et N-VA qui sont à la manœuvre, avec également les socialistes flamands. Leur président Conner Rousseau a joué les facilitateurs entre les deux principaux partis que tout oppose.

Ces trois formations constituent le socle de la négociation gouvernementale en cours.

 

Pas suffisant

Mais cela ne suffit pas pour constituer un gouvernement. Le Roi demande un gouvernement qui s’appuie, selon ses mots, "sur une large majorité au Parlement".

Le duo Magnette-De Wever a reçu le mardi 28 juillet, les présidents des deux partis de la famille chrétienne et ensuite les présidents libéraux. Sur la table, le donnant-donnant qui se dessine entre PS et N-VA. À savoir plus d’argent pour le social au sens large contre de nouveaux transferts de compétences. Le tout accompagné d’un plan de relance.


►►► À lire aussi : De Wever-Magnette : 50 jours pour l’impossible


Les libéraux surtout ne semblent pas près d’accepter un accord tout fait. Ils rencontraient d’ailleurs à nouveau les présidents du PS et de la N-VA ce jeudi, afin de présenter leur propre "adaptation" de la note de De Wever et Magnette.

De plus, du côté flamand, avec 4 partis à la table, il y en a un de trop. Le PS évincerait bien l’Open VLD, histoire d’avoir un gouvernement qui ne penche pas trop à droite. Le MR ne l’entend bien sûr pas, de cette oreille.

Dès lors, les véritables négociations doivent encore démarrer.

La mission Magnette De Wever va donc se prolonger. Il reste 40 jours pour aboutir.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK