Paul Magnette: "Doel 1 et 2 peuvent fermer"

Paul Magnette: "Doel 1 et 2 peuvent fermer"
Paul Magnette: "Doel 1 et 2 peuvent fermer" - © Dirk Waem (Belga)

D'après le ministre de l'Energie Paul Magnette, il est tout à fait possible de fermer en 2015 les plus anciennes centrales nucléaires de Doel 1 et 2, tel que c'est défini dans la loi sur la sortie du nucléaire, sans que cela n'éteigne les lumières.

C'est ce qu'on peut lire ce samedi dans De Standaard. L'information se trouve également dans Le Soir, qui évoque une prolongation jusqu'en 2020 de l'unité numéro 1 de la centrale de Tihange

Paul Magnette a tenu ces propos ce vendredi lors d'un déjeuner-débat avec la hiérarchie de la FGTB sur l'avenir de l'énergie nucléaire. Jusqu'à présent, les discussions politiques n'ont porté que sur la durée de vie prolongée et sur les charges des plus anciennes centrales nucléaires. Paul Magnette a fait une toute autre suggestion pendant le débat dont le contenu ne devait pas filtrer.

Doel 1 et 2 ont une capacité commune de quelque 900 megawatts. D'après Paul Magnette, il y a entre-temps suffisamment de capacité de remplacement de type non nucléaire pour les fermer.

Selon Le Soir, le ministre de l'Energie a estimé qu'il serait envisageable de fermer les deux réacteurs anversois et de prolonger jusqu'en 2020 l'unité numéro 1 de la centrale de Tihange, qui a subi une rénovation en profondeur il y a quelques années.

La loi sur la sortie du nucléaire prévoit que la plus ancienne centrale wallonne de Tihange, avec une capacité de près de 1000 megawatts, soit fermée en 2015. Tout comme Doel 1 et 2, la centrale date de 1975 et elle doit donc fermer après 40 ans. Cela ne peut se réaliser, d'après les études les plus récentes, sans menacer les capacités d'approvisionnement.

Paul Magnette ouvre ainsi la voie à une fermeture en phases des plus anciennes centrales. Il a opté pour Doel 1 et 2 car ce sont deux centrales couplées qui utilisent les plus vieilles technologies et qui sont situées tout près de la ville d'Anvers.

Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK