Paul Magnette : avec la N-VA "on a droit à une provocation tous les jours"

Bart De Wever a annoncé mercredi que son parti la N-VA allait s'occuper à nouveau de revendications communautaires. La sortie de la N-VA n'a pas manqué de faire réagir au gouvernement wallon. Ce jeudi le ministre-président wallon Paul Magnette (PS) ne mâche pas ses mot : "Certains nous disaient que Bart De Wever avait changé, qu'on s'était trompé et que la N-VA était raisonnable. Non, la N-VA n'a pas changé, la N-VA est toujours nationaliste, elle veut toujours la fin du pays, elle veut toujours la fin de la sécurité sociale. Et on a droit à une provocation tous les jours".

Pour Paul Magnette, ces sorties nationalistes ont un effet négatif sur le débat politique. "Je n'ai pas de leçon à donner" au MR, poursuit-il : "Que chacun fasse son travail. C'est évidemment leur responsabilité d'éviter que la N-VA démantèle la Belgique ou attaque la sécurité sociale. Nous faisons de notre côté notre travail qui est de redresser l'économie et de créer de l'emploi".

Jeu politique

De son côté, le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Rudy Demotte (PS) a déclaré à la VRT : "Ce qui s'est passé est plus un jeu politique qu'autre chose. Je pense que la stratégie de la N-VA est de se montrer à la fois un bon gouvernant, mais aussi de donner des garanties à sa base".

Cela constitue néanmoins une menace, selon Rudy Demotte : "Je pense que Bart De Wever n'en aura jamais assez".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK