Paul Furlan: "Il y a eu un divorce entre le citoyen et l'énergie renouvelable"

Paul Furlan (PS): "Il y a eu un divorce antre le citoyen et l’énergie renouvelable"
Paul Furlan (PS): "Il y a eu un divorce antre le citoyen et l’énergie renouvelable" - © BRUNO FAHY - BELGA

Le nouveau ministre wallon des villes, des pouvoirs locaux, du logement et de l'énergie est un membre sortant de la précédente majorité. Avec un portefeuille chargé, Paul Furlan (PS) trace ses nouvelles priorités. Il était l'invité de de Matin première ce lundi. Ses maîtres mots: consultation et équilibre.

Le ministre wallon en charge entre autres de l'énergie devra-t-il s''inquiéter des risques de black out prédits par certains pour cet hiver? "On est les spécialistes de l'annonce de catastrophes qui ne se produisent jamais", répond-il. "C’est au niveau fédéral que se situent les compétences, et c’est à eux de prendre ce dossier à bras le corps". Paul Furlan ne se montre pas inquiet, mais ajoute: "C’est dans la concertation, entre le fédéral et les régions qu’on trouvera les solutions".

"Je ne pense pas qu'on coupera l'électricité dans les mois qui viennent", rassure-t-il.

Revoir la tarification progressive

Mais en matière d'énergie, le ministre avance aussi quelques changements dans les projets régionaux.

Dans un dossier emblématique et sensible de la précédente majorité, il annonce une réorientation. "Avec Ecolo, il y a eu un divorce entre le citoyen et l’énergie renouvelable", affirme-t-il. "Je dois réconcilier ces points de vues. Je dois résoudre le problème de l’efficacité énergétique avec un certain nombre de priorités, qui sont les habitations privées, les entreprises et les bâtiments publics. Il y a aussi l’accès à l’énergie et son coût. C’est tout le problème de la tarification progressive". Paul Furlan dit vouloir garder l'idée, mais en la simplifiant. "J’ai déjà attiré l’attention sur l'inapplicabilité et la complexité du système". Le ministre wallon annonce qu'il rencontrera les distributeurs dès la semaine prochaine.

Autre dossier délicat: le photovoltaïque. Le ministre dit ne pas vouloir rétablir la garantie des certificats verts. "Il y a eu un divorce entre le citoyen et l’énergie renouvelable", répète-t-il. "Les objectifs que nous nous sommes fixés sont trop ambitieux et trop dogmatiques. Il y a aussi un coût pour les pouvoirs publics. Il faut donc trouver un équilibre. Je veux d’abord consulter".

"Revoir à la baisse les objectifs du renouvelable"

Paul Furlan souhaite en général "revoir à la baisse les objectifs en matière de renouvelable", pour "s'aligner sur les obligations européennes". En ce qui concerne l'éolien, par exemple, ce sera le long des autoroutes que les fermes seront implantées, car c'est le moins dommageable pour les habitants, dit-il.

Enfin, le ministre en charge des villes et des pouvoirs locaux se félicite: si la plus grande inquiétude des communes concerne leur budget, la déclaration de politique régionale bétonne leur finacement, dit-il. Elles contient aussi des avancées en termes de réformes institutionnelles, par exemple la possibilité de fusion sur base volontaire.

W. Fayoumi

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir