Patrouilles de police au réveillon : respect des règles covid mais missions habituelles aussi

Cette nuit aussi, les policiers étaient sur le "pont" pour faire respecter les règles liées au confinement (interdiction de rassemblements ou couvre-feu à 22 heures ou minuit selon les Régions), mais aussi et peut-être surtout pour remplir leurs missions habituelles de maintien de l’ordre.

Mélanie Joris et Christophe Zenko ont ainsi accompagné une patrouille de la police de La Louvière, dans le Hainaut. Au programme : du tapage nocturne, des cambriolages et plusieurs faits de violences intrafamiliales, mais aucune transgression des règles anti-covid.

Le début de soirée a été très calme. Mode mineur. Un véhicule mal garé, sur un emplacement piéton dans le centre de la ville. La routine ou presque. Ce n’est qu’à partir de 22 heures (alors que côté wallon le couvre-feu était reporté à minuit pour cette nuit de réveillon), que les interventions se sont soudain enchaînées. D’abord suite à une dénonciation, un ex-mari dénonçant la fête que tiendrait son ex-compagne à son domicile. Avec beaucoup de monde. La patrouille – Marco et Paulo – s’arrête devant la maison désignée. Volets fermés. Aucun bruit. "On a regardé devant s’il n’y avait pas de lumière ou des ombres signalant un nombre trop important de convives mais rien. Et question sonore, on n’a rien entendu". Fausse alerte.

À peine le temps de remonter dans le combi, un autre appel radio signale un karaoké dans un immeuble. Les policiers tambourinent à la porte.
- "Bonsoir. Ah excusez-moi Monsieur. Vous n’entendiez pas avec la musique ?"

- " Non… On a mis un peu de karaoké"

- "Ben oui ça s’entend ! Vous avez une pièce d’identité ?"

- "Je vais aller vous la chercher, attendez ! "


Le contrôle effectué, la patrouille se remet en route. Cette fois sur une histoire de différend conjugal avec un homme violent. La radio annonce une "menace de cramer la maison de la fille…". Arrivée sur place de la patrouille, gros dispositif : plusieurs équipes sont déjà là et très vite la tension monte, il faut installer un périmètre de sécurité. Les ordres de sortir de l’habitation fusent. Finalement, l’homme est maîtrisé et évacué.

La patrouille, elle, a repris la route vers d’autres interventions…

Silence radio côté parquets ce matin, pas plus de commentaires du côté des autorités politiques Intérieur ou Justice. Signe indirect sans doute aussi que les Belges ont été plutôt sages en cette nuit de Noël.

Calme plat à Bruxelles aussi

Dans les différentes zones de police de Bruxelles, le soir du réveillon s’est déroulé dans le calme, aucune intervention majeure. Seule la zone de police de Bruxelles Capitale-Ixelles a dû intervenir pour deux fêtes de Noël où il y avait trop de monde. "A Ixelles, onze personnes ont été retrouvées dans un appartement à 1h30 du matin après un appel pour tapage. Lorsque la police a sonné, une personne a pris la fuite au sous-sol, mais a été retrouvée", a déclaré Olivier Slosse, porte-parole de cette zone. "A Bruxelles, cinq personnes ont été retrouvées dans un Airbnb à 3h00. La police est intervenue après plainte pour tapage".

Calme dans les zones de police de Bruxelles-Nord, Bruxelles-Midi, Bruxelles-Ouest et Marlow (Uccle/Auderghem/Watermael-Boitsfort), pas d’interventions significatives et de violations des mesures contre le coronavirus. Pas d’appels non plus pour des feux d’artifice. Quelques PV ont aussi été dressés pour infraction à l’interdiction de déplacement.

Calme aussi en province de Liège

Les différentes zones de police de la province de Liège ont donné vendredi un bilan des interventions effectuées durant la soirée du réveillon de Noël. Une soirée qui s'est déroulée dans le calme avec peu d'infractions et d'incidents significatifs.

"Quatre PV ont été dressés pour non-respect du couvre-feu, et 2 PV pour non-port du masque. Nous n'avons pas reçu d'appels de dénonciation", précise vendredi le porte-parole de la zone de police de Liège. Les personnes verbalisées se déplaçaient dans le centre-ville après minuit. Les zones de police de Basse-Meuse, Flémalle, Herstal et Seraing ont également précisé que la nuit avait été paisible.

Lockdown parties en Flandre

La police de Gand est intervenue, elle, au cours de deux "lockdown parties". Neuf personnes participaient à l'une de ces fêtes interdites. Dans une autre réunion, 11 adultes et 7 enfants célébraient un anniversaire. La police a aussi dressé 5 PV pour infraction au couvre-feu. Le parquet de Flandre orientale indique aussi vendredi qu'une fête clandestine a été découverte à Merelbeke. Tous les contrevenants ont pris la fuite à l'arrivée de la police et n'ont donc pas été verbalisés.
 


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK