Patrick Moriau est décédé d'un cancer du poumon

Lors de la fête du 1er mai 2013 Patrick Moriau s’était exprimé simplement en invoquant une fin probable
Lors de la fête du 1er mai 2013 Patrick Moriau s’était exprimé simplement en invoquant une fin probable - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

Patrick Moriau qui fut député fédéral et bourgmestre de Chapelle-lez-Herlaimont est décédé ce samedi des suites d’un cancer.

Patrick Moriau est mort ce samedi à l'âge de 62 ans.

Celui qui se fit notamment connaitre par sa participation à la commission d’enquête parlementaire sur l’Affaire Dutroux avant d’être mis en cause dans le cadre du dossier "Citta Verde" à Farciennes  (vaste projet commercial et immobilier) n’est plus. Dans son livre "Les cahiers d’un commissaire", il avait évoqué les protections dont aurait bénéficié Michel Nihoul.

Lors de la fête du 1er mai il s’était exprimé simplement en invoquant une fin probable. Il était alors apparu le crâne dégarni, le visage marqué par la chimiothérapie.

Né le 11 mars 1951 à Charleroi, Patrick Moriau était Licencié en journalisme et communications sociales de l’ULB. Il avait consacré son mémoire à l’histoire de la musique rock et son influence sur la société. Dans une autobiographie, il déclare devoir son éveil en politique à son grand-père qui fut "un militant socialiste de la première heure".

Un parcours politique dû au hasard

Il déclarait pourtant que son parcours politique "est un peu le fait du hasard"... "On est venu me demander de me mettre sur les listes socialistes pour les élections communales chapelloises. Cela ne m’intéressait pas beaucoup mais, piqué au vif, j’ai décidé d’accepter sans trop y croire."

Patrick Moriau est alors devenu Conseiller communal en 1983, puis Echevin des Affaires Sociales, de l’Environnement et de la Jeunesse en 1989.

En 1988, Philippe Busquin, alors ministre des affaires sociales, chargeait Patrick Moriau de sa communication. En juin 1995, il était élu député avec 20 000 voix de préférence. Il ne s'était pas représenté lors du dernier scrutin communal, remplacé par Karl De Vos à la tête de sa commune.

Parmi ses devises préférées figurait celle d'Achille Chavée: "Je suis un peau rouge qui ne marchera jamais en file indienne."

Une partie d'ombre

S'il fut essentiellement connu pour sa présence dans la "commission Dutroux", Patrick Moriau fit aussi l'actualité dans la rubrique judiciaire. En 1997, il était inculpé dans le cadre d'une enquête sur le financement occulte du PS, la justice ayant découvert un compte de 20 millions de francs belges (500 000 euros) au Luxembourg. Un montant provenant de la corruption du marché public Dassault au bénéfice du parti. Reconnu coupable -10 ans plus tard- de faux et usage de faux, il  n’avait, vu l'ancienneté des faits, essuyé aucune sanction. En 2011, c’est l’affaire du projet immobilier Citta Verde qui lui valu d’être être inculpé pour corruption passive.

Hommage du président du PS

"Patrick a marqué de son empreinte la vie du Parti", indique Paul Magnette. "Patrick était un homme de conviction et de combat. Ce fut le cas encore le 1er Mai lorsque, malade, il a pris la parole devant les militants pour les appeler à retrouver l'espoir du combat".

"Dites bien que c'était un homme intègre, parce qu'on a parfois eu tendance à l'oublier" a pour sa part déclaré Philippe Busquin, ancien président du parti: "Il considérait sa maladie comme un combat et, même dans la maladie, il pensait aux autres".

Jean-Claude Verset

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir