Patrick Janssens: "Les nationalistes veulent diviser plutôt que d'unifier"

Patrick Janssens: "Les nationalistes veulent diviser plutôt que d'unifier"
Patrick Janssens: "Les nationalistes veulent diviser plutôt que d'unifier" - © Tous droits réservés

Le bourgmestre d'Anvers (sp.a) réagit aux propos de Bart De Wever, son principal rival aux élections communales, qui profite des manifestations de musulmans ce week-end pour mettre ces débordements de violence sur le laxisme de l'actuelle majorité communale. Pour lui, c'est clair, "les nationalistes veulent diviser les gens plutôt que de les unifier."

Samedi après-midi, Borgerhout est secouée par une manifestation très tendue contre le film anti-islam qui circule sur internet depuis quelques jours. Les manifestants sont principalement de jeunes allochtones et on reconnaît sur les images vidéos l'un des leaders de Sharia4Belgium, un groupuscule islamiste radical.

Pour Bart De Wever, cette flambée de violence est le signe que le slogan de la ville ("La ville est à tout le monde", slogan de Patrick Janssens pour les élections communales du 14 octobre) n'a plus lieu d'être : "Quand vous dites que quelque chose est à tout le monde, il ne faut pas s'étonner que cela soit traité sans respect". Et d'ajouter : "La ville n’est qu’à ceux qui font un effort pour en faire partie". Pour la N-VA, ces débordements de violence sont donc le résultat du laxisme de l'actuelle majorité communale.

Si Patrick Janssens condamne ces violences, il condamne aussi les propos du président du parti nationaliste : "Ce slogan, 'La ville est à tout le monde', signifie justement que le fait que comme la ville est à tout le monde, tout le monde doit contribuer, tout le monde doit prendre ses responsabilités mais aussi avoir ses chances. Et j'ai vraiment pas envie de retourner vers une ville où il y a des slogans comme 'Eigen volk eerst' à l'époque, ou que la ville appartient à toi et pas à moi. Je pense que cela indique, un peu comme partout dans le monde, que les nationalistes veulent diviser les gens plutôt que de les unifier. En tout cas, nous défendons ce slogan à tout prix", a-t-il déclaré à la RTBF. 

Alors, Bart de Wever aurait-il commis là son premier faux pas?

Avec cette déclaration, il s'est en tout cas mis à dos une partie de la communauté allochtone d'Anvers, un réservoir important de voix.

 

C. Biourge avec C. Hick

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK