Pas de protection pour un navire De Nul

RTBF
RTBF - © RTBF

Le gouvernement réuni en cabinet restreint a rejeté une demande de l'entreprise de dragage Jan De Nul de protéger l'un de ses navires contre les attaques de pirates. Motif invoqué: "L'Aile" bat pavillon luxembourgeois.

La société De Nul a demandé une escorte armée pour protéger son navire L'Aigle, entre l'île Maurice et le sultanat d'Oman.

Après qu'un accord ait été signé, des préparatifs ont été entamés pour envoyer une équipe militaire mais le kern a finalement refusé d'accorder cette escorte. Motif: l'Aigle navigue, comme d'autres navires de la compagnie De Nul, sous pavillon luxembourgeois.

Un précédent inquiétant

Le 18 avril, le navire belge Pompei des sociétés De Nul et Deme avait été capturé par des pirates au nord des Seychelles. Il a été dirigé vers les côtes somaliennes, où il est toujours à l'ancre avec ses dix membres d'équipage. Parmi eux, on compte deux Belges, un capitaine néerlandais, trois Philippins et quatre Croates. Ce navire récent (il date de 1988), de 65 mètres de long et de 1850 tonnes, est spécialisé dans l'enrochement, c'est à dire le transport et la pose de rochers pour protéger les pipelines. Il devait opérer en Afrique du Sud devant le port de Durban.

Des négociations se poursuivent activement avec les pirates en ce moment, explique le porte-parole des Affaires étrangères à Bruxelles.

(Belga)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK