Pas d'OGM en Wallonie, exemptée de la réglementation européenne

Des pommes de terre génétiquement modifiées, cultivées en Flandre. Photo prise le 26 août 2011 à Wetteren.
Des pommes de terre génétiquement modifiées, cultivées en Flandre. Photo prise le 26 août 2011 à Wetteren. - © PETER DECONINCK - BELGA

La Commission européenne a confirmé mardi le souhait de la Wallonie de voir son territoire exempt d'organismes génétiquement modifiés (OGM). À l'instar d'une dizaine d'autres pays européens, la région tire parti de la possibilité offerte par une directive européenne de restreindre ou d'interdire la culture d'organismes génétiquement modifiés (OGM).

Depuis le mois de mars, la version révisée d'une directive de 2001 permet aux États membres de l'UE de s'opposer à la culture d'OGM sur tout ou une partie de leur territoire.

Onze pays ont à ce jour manifesté leur souhait de tirer parti de cette possibilité, a indiqué mardi le porte-parole de la Commission Enrico Brivio. La Hongrie, la Pologne, la Lituanie, la Lettonie, la France, la Croatie, l'Autriche, les Pays-Bas et la Grèce ont banni les OGM sur l'ensemble de leur territoire. La Belgique, quant à elle, n'a demandé une exemption que pour la Région wallonne, à l'instar du Royaume-Uni pour le Pays de Galles, l'Ecosse et l'Irlande du Nord uniquement.

"OGM free"

Le territoire wallon devrait être exclu des autorisations de cultures octroyées à huit semences de maïs génétiquement modifié. "Cette demande sera communiquée aux fabricants d'OGM", a indiqué une source européenne, soulignant le fait que la Wallonie pourrait donc rester "OGM free" (sans OGM).

Ce n'est plus le cas de la Flandre, où un essai en champ avec des peupliers génétiquement modifiés a été autorisé fin 2013 pour une période de 7 ans.

En laissant le choix aux États membres d'accepter ou non de cultiver des OGM sur une partie de leur territoire, la Commission européenne contourne un écueil qui divise depuis plus de 15 ans les capitales européennes, mais aussi leurs entités fédérées dans certains cas, comme en Belgique.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK