"Pas d'anomalie à la station sud" selon E. Huytebroeck

Ce constat a été renforcé, au moment de la visite par l'annonce des derniers résultats des analyses effectuées en aval des installations bruxelloises par l'agence flamande de l'environnement, mercredi.

Aquiris est engagé dans un conflit juridique avec la Région bruxelloise, à la suite de la fermeture durant plusieurs semaines de la station d'épuration nord et de la pollution de la Senne qui en a suivi.

A la station sud, Jean-Marie Kindermans, directeur de production de Vivaqua, société publique qui gère les installations, a répété qu'aucun incident particulier n'était intervenu dans le traitement des eaux usées.

Pour appuyer son propos, il a emmené la ministre de l'Environnement à proximité des bassins depuis lesquels Aquiris soupçonnait une pollution de la Senne (ndlr située à quelques centaines de mètres) via un pompage des boues flottantes.

Evelyne Huytebroeck a qualifié la sortie d'Aquiris d'"étonnante à l'heure où la Région bruxelloise s'est engagée avec ce consortium à rechercher des solutions au problème posé à la station d'épuration nord".
Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK