Panneaux publicitaires détournés: "Je n'organise aucune rafle", réagit Theo Francken

Theo Francken (N-VA), le Secrétaire d'État à l'Asile et aux Migrations, à la Chambre, le 28 septembre 2017.
Theo Francken (N-VA), le Secrétaire d'État à l'Asile et aux Migrations, à la Chambre, le 28 septembre 2017. - © JEAN MARC HERVE ABELARD - BELGA

Des activistes ont entrepris la nuit dernière de détourner des panneaux publicitaires. Objectif : attirer l'attention sur le cas des migrants qui se trouvent actuellement sur le sol belge. "Pour le gouvernement belge, la fin [...] justifie les moyens : rafles programmées, quotas d'arrestations, collaboration avec une dictature, expulsions illégales, mensonges", peut-on notamment lire sur ces affiches en noir et blanc.

L'initiative a fait réagir Theo Francken (N-VA), le Secrétaire d'État à l'Asile et aux Migrations. Dans un message posté sur Twitter, il dénonce une "désinformation", de la part des auteurs de la campagne publicitaire pirate. "Il y a toujours eu des sans papiers. Je n'organise pas de rafle. Les mineurs ne sont pas enfermés", ajoute-t-il.

"Enfermer [les] enfants pour les expulser = votre projet", répond alors le compte du Réseau pour des Alternatives Démocratiques Ecologiques et Sociales.

En novembre 2016, Theo Francken estimait en effet qu'il était nécessaire d'enfermer les familles faisant l'objet d'un ordre de quitter le territoire "pendant une très courte période, quelques jours avant le rapatriement". "Les maisons semi-ouvertes ne fonctionnent absolument pas. On voit que presque toutes les familles fuient avant leur rapatriement. C'est donc nécessaire d'avoir la possibilité d'enfermer les familles pendant une très très courte période, quelques jours avant le rapatriement", avait-il alors déclaré.

Le projet en question se trouve bien dans la note de politique générale publiée le 27 octobre 2016. Theo Francken écrivait alors ceci, à la vingt-neuvième page : "En 2017, les travaux porteront également sur l’implantation de logements fermés pour les familles à proximité du centre 127 bis, représentant la phase finale de la politique de retour des familles".

Sujet dans notre JT 13h:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK