Panama Papers: le parquet de Bruxelles classe sans suite l'enquête sur Didier Bellens

Selon ces "Panama Papers", l'ancien CEO de Belgacom Didier Bellens avait été le directeur de deux sociétés offshore implantées aux îles Vierges britanniques.
Selon ces "Panama Papers", l'ancien CEO de Belgacom Didier Bellens avait été le directeur de deux sociétés offshore implantées aux îles Vierges britanniques. - © Belga

 Le parquet de Bruxelles a classé sans suite l'enquête concernant Didier Bellens, l'ancien CEO de Belgacom dans le cadre des "Panama Papers" à la suite de son décès survenu en février 2016, a indiqué mercredi le parquet de Bruxelles, confirmant ainsi une information parue dans le quotidien De Tijd.

Les "Panama Papers" désignent la fuite de plus 11,5 millions de documents confidentiels issus du cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca. Ces documents reprennent des informations sur des milliers de sociétés offshore et les noms de leurs actionnaires.

Selon ces "Panama Papers", l'ancien CEO de Belgacom Didier Bellens avait été le directeur de deux sociétés offshore implantées aux îles Vierges britanniques alors qu'il était à la tête de l'entreprise publique. Il avait ainsi été l'un des directeurs de Calpe Investment et de Calpe Management dès août 2007, selon un fax envoyé à Mossack Fonseca par une fiduciaire de Gibraltar. Parmi les personnalités assurant la gestion de ces deux entités figure notamment Giovanni Paganini Marana, un trader ayant perdu quelque 120 millions d'euros appartenant à ses clients avant de se suicider en septembre 2012. Un autre financier, qui n'est pas nommé et qui a été condamné en septembre 2012 à 900.000 livres de pénalité par un tribunal londonien pour manipulation de marché, apparaissait également dans l'organigramme de ces deux sociétés offshore. Didier Bellens avait démissionné de ses fonctions dans les deux sociétés en juin 2015, après avoir quitté la tête de Belgacom en novembre 2013. 

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir