Pacte migratoire: un agenda très chargé pour Charles Michel

Charles Michel maintient le cap: il se rendra à Marrakech
Charles Michel maintient le cap: il se rendra à Marrakech - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Charles Michel maintient le cap : il se rendra à Marrakech, coûte que coûte. Faute d’accord au sein de la coalition suédoise, il transmettra la parole du Parlement de Belgique lors de cette conférence des Nations unies qui débutera lundi prochain. Néanmoins, d’autres étapes importantes doivent être franchies avant que le Premier ministre puisse se rendre au Maroc.

Vote en plénière et puis, vendredi, un conseil des ministres

14 heures: la Chambre, en plénière, se prononcera sur la proposition de résolution approuvée hier en commission des Relations extérieures. Sans surprise, une majorité alternative sans la N-VA se prononcera en faveur du pacte migratoire de l’ONU. Au perchoir de l’hémicycle, le Premier ministre répondra aux nombreuses questions/interpellations des députés de la majorité et de l’opposition. Vendredi, un Conseil des ministres devrait avoir lieu, en principe, au 16 rue de la Loi. L’ordre du jour de cette réunion n’a pas changé malgré les tensions entre la N-VA et le reste du gouvernement. 

Lundi, Marrakech

En fait, Charles Michel ne sait pas encore quel jour il se rendra au Maroc. Lundi ou mardi ? Une chose est claire, le Premier ministre a l’intention d’y aller pour présenter le positionnement du Parlement fédéral et non de son gouvernement. Pour rappel, à ce stade, il n’est pas question de ratifier le pacte de migration des Nations unies. Charles Michel ne signera rien.  

Mercredi 19 décembre, New-York

Il s’agit d’une nouvelle ligne rouge pour la N-VA. En tout cas, c’est à New-York que ce "Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières" sera ratifié par les pays qui l’ont, auparavant, approuvé. Que va faire Charles Michel ? Se rendra-t-il lui-même à New-York ? Au nom de qui ce pacte sera-t-il ratifié? Un consensus doit être trouvé au sein de l’exécutif fédéral. La N-VA va-t-elle l’accepter ou, au contraire, débrancher la prise ? Bref, l’histoire semble loin d’être terminée.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK