OWD: le ministre Lacroix livre son plan pour une meilleure gouvernance comptable

Le ministre Christophe Lacroix
Le ministre Christophe Lacroix - © BRUNO FAHY - BELGA

Le ministre wallon du Budget et de la Fonction publique, Christophe Lacroix, a détaillé lundi les différentes mesures adoptées par le gouvernement pour améliorer la gouvernance comptable et budgétaire, entachée par les récents remous autour de l'Office wallon des déchets.

Attendu de pied ferme par l'ensemble de l'opposition en commission du Parlement lundi après-midi, le ministre socialiste a présenté une batterie de mesures, dont certaines avaient déjà été annoncées la semaine dernière.

Outre la création d'une taskforce chargée d'analyser les risques de fraude et de formuler une série de propositions en vue d'améliorer le contrôle interne, M. Lacroix a affiché la volonté du gouvernement d'offrir d'ici la fin de cette année une formation au contrôle interne pour tout le personnel d'encadrement au sein du service public de Wallonie (SPW).

Un même logiciel

La Région procèdera en outre à l'engagement de deux auditeurs supplémentaires, tandis qu'elle compte imposer l'usage d'un même logiciel informatique à tous les fonctionnaires wallons en charge de missions de comptabilité.

Le 11 avril prochain, l'ensemble des ministres lui feront rapport des audits menés dans les différents services dont ils ont la tutelle.

Christophe Lacroix a par ailleurs confirmé la volonté de la majorité de regrouper au sein du SPW des missions aujourd'hui décentralisées.

A côté du SPW, la Wallonie compte en effet pour l'heure pas moins de 165 structures para-régionales (OIP, etc.).

"Certaines structures dont l'utilité n'est plus démontrée seront fusionnées avec le SPW", a promis Christophe Lacroix.

Point de contact

Il a aussi annoncé sa volonté de conclure avec la Cour des Comptes un "protocole d'échange d'informations" entre le SPW et la Cour des Comptes.

"Il faut que la Cour des Comptes puisse disposer d'un point de contact dans chaque direction générale du SPW", a-t-il notamment défendu.

Devant les députés, Christophe Lacroix a assuré que la majorité n'avait pas attendu le scandale de l'OWD pour travailler à l'amélioration de sa gouvernance comptable, un objectif déjà inscrit dans l'accord de majorité rédigé en 2014, a-t-il défendu.

Les détournements d'argent découverts le mois dernier au sein de l'OWD accélèreront donc les réformes envisagées.

"Mais la route sera encore longue et pleine d'écueils", a-t-il reconnu.

MR: "Une taskforce est une structure qui sert à enterrer un dossier"

L'opposition MR, par la voix notamment de son chef de groupe Pierre-Yves Jeholet, a dénoncé de son côté les lenteurs de réaction des précédentes majorités wallonnes alors que la Cour des Comptes formule "depuis 10 ans" déjà des remarques sur les pratiques comptables wallonnes.

Il a aussi mis en doute l'efficacité attendue de la taskforce mise sur pied par le gouvernement.

"Généralement, une taskforce est une structure qui sert à enterrer un dossier", a-t-il pointé.

Ecolo: conséquences de la politisation

Pour Ecolo, Stéphane Hazée a lui jugé que l'on payait aujourd'hui, avec les pénibles événements de ces dernières semaines, les conséquences de la politisation de l'administration wallonne.

Durant près de deux heures, les commissaires ont bataillé autour de la proposition de l'ensemble de l'opposition MR-Ecolo-PTB-indépendant visant à instaurer une commission parlementaire spéciale sur la comptabilité wallonne.

Une idée rejetée par la majorité PS-cdH, celle-ci défendant plutôt la présentation par le gouvernement d'un rapport annuel sur la mise en oeuvre des réformes comptables.

"Commission spéciale ou pas commission spéciale, je ferai mon job", a promis M. Lacroix pour calmer les revendications de l'opposition.

Le ministre a aussi rejeté tout lien entre les détournements à l'OWD et la politisation de l'administration dénoncée par l'opposition.

"A ce que je sache, René Tonneaux (le comptable véreux de l'OWD) n'est pas le fruit de la politisation...", a-t-il argumenté.

Vote reporté

Après une interruption de séance qui a permis de faire retomber quelque peu la tension, l'ensemble de l'opposition a finalement proposé lundi soir de reporter le vote sur la constitution d'une commission spéciale à la fin mai.

Celle-ci s'est dite satisfaite des promesses du ministre Lacroix à venir détailler devant le Parlement en avril prochain le résultat des audits internes commandités au sein des différents ministères, et en mai ses propositions concrètes en matière de rationalisation des structures wallonnes.

Sans surprise, la majorité PS-cdH a appuyé la proposition de l'opposition de reporter le débat sur la commission spéciale à la fin mai.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK