Opération de police : sur les routes pour démanteler des réseaux de passeurs de migrants

Une action de police, en présence du ministre de l’Intérieur Pieter De Crem, a lieu cette nuit sur le parking d’autoroute de Thieu, sur l’E42. Cette opération menée par une vingtaine de policiers et appelée Medusa a pour but de démanteler des réseaux de passeurs de transmigrants, en arrêter les passeurs et facilitateurs. Nos équipes ont pu suivre les forces de l’ordre. Arrêter les migrants eux-mêmes n’est pas une fin en soi puisque c’est tout le trafic et l’insécurité autour d’eux qu’il faut combattre selon la police.

Le problème se déplace

Le Hainaut est très touché par la problématique des transmigrants depuis que la France et la Flandre ont sévi (en fermant la jungle de calais, de Grande Synthe pour la France et en fermant tous les parkings d’autoroute, sauf un, pour la Flandre). De nombreux camions se rabattent donc vers le Hainaut, amenant avec eux les migrants et les trafics. Le Hainaut est aussi la plus grande province avec 580 km d’autoroute à surveiller ce qui est compliqué. Mais c’est à chaque fois repousser le problème. Quand le Hainaut met la pression, les passeurs déposent les migrants dans le Namurois ou le Luxembourg.


►►► Lire aussi : trafic de migrants : la face cachée d’un big business


Les groupes de passeurs sont généralement irakiens, afghans ou albanais. Quatre enquêtes judiciaires sur des passeurs de migrants sont en cours dans le Hainaut.

Opération hebdomadaire

Ce genre d’opération a lieu une fois par semaine dans le Hainaut, depuis quelques semaines. Le reste du temps, seulement 10 policiers sont requis pour couvrir l’ensemble du Hainaut la nuit.

Quatre parkings du Hainaut dont celui de Thieu sont particulièrement touchés par les réseaux de passeurs. A Thieu, les migrants arrivent par le train ou par la route, près du parking. Ils se cachent dans les bosquets pendant une partie de la nuit et se glissent dans les camions vers 2h et 3h du matin, peu avant le départ des camions vers 4h.


►►► Lire aussi : deux fois plus de passeurs de migrants en deux ans selon Europol


Ce sont ces mouvements que la police de la route (fédéral, c’est elle qui est compétente sur les routes) tente de stopper. Les équipes de police se concentrent sur des véhicules plus grands (camions, camionnette, mono volumes) ou sur des véhicules en détresse (9 migrants ont été retrouvés dans un camion frigorifique dernièrement).

Les pistes de solutions envisagées par la police

Si les forces de polices du Hainaut viennent de recevoir du renfort, ce qui était très demandé par les équipes, la police établit 4 pistes de solutions :

  • Ils demandent davantage de personnel pour couvrir la zone.
  • Ils souhaitent être mieux équipés, notamment en termes de nouvelles technologies dont des caméras.
  • Ils réclament l’installation de clôtures autour des parkings et davantage de lumières

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK