Opération Calice: le juge Wim De Troy veut jeter l'éponge

Wim De Troy
Wim De Troy - © BENOIT DOPPAGNE (archives belga)

L'opération Calice refait parler d'elle. Cette série de perquisitions visait à la saisie de documents relatifs à des abus sexuels commis au sein de l'Eglise belge. Le juge d'instruction Wim De Troy, à l'origine de l'opération, a demandé à la ministre de la Justice de ne plus prolonger son mandat.

C'est le journal Het Laatste Nieuws qui l'annonce: Wim De Troy a demandé à la ministre Annemie Turtelboom de ne pas prolonger son mandat. Il ne souhaite plus poursuivre.

Ce n'est pas la première fois qu'il pose  ce geste. A l'automne de l'année dernière, il avait écrit au ministre de la Justice de l'époque, Stefaan De Clerck, une offre de démission qui avait été refusée.

Mais à l'époque, Wim De Troy avait aussi annoncé qu'il partirait à la fin de son mandat, c'est à dire le 1er avril. Nous y sommes presque.

Wim De Troy semblait en avoir assez des suites de cette opération Calice. Plusieurs perquisitions avaient été déclarées illégales.

A présent, l'enquête semble prendre un coup d'arrêt. L'opération Calice risque de s'embourber alors qu'en janvier dernier, d'autres perquisitions ont eu lieu dans plusieurs évêchés du pays.

D'ailleurs, c'est aussi au mois d'avril, le 4, que la Cour de Cassation devrait rendre son arrêt dans cette affaire. Les familles des victimes ont introduit ce recours pour dénoncer la nullité déclarée de plusieurs perquisitions.

Michel Lagase

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK