Onkelinx sous les huées en 2006: "Cette image m'a choquée", se souvient Isabelle Durant (vidéos)

La députée régionale bruxelloise Ecolo Isabelle Durant quittera en juillet la politique belge: elle devient vice-présidente de la CNUCED, la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement, un organisme des Nations unies. 

Invitée de Matin Première, elle est revenue sur un épisode resté célèbre de l'histoire politique belge, et surtout une image: celle de Laurette Onkelinx qui, en octobre 2006, arrive à la maison communale de Schaerbeek en croyant y devenir la future bourgmestre... et parcourt le couloir sous les huées des représentants de la "Liste du Bourgmestre", le FDF Bernard Clerfayt.

La chef de file socialiste s'appuyait en effet sur les discussions préélectorales avec le CDH et Ecolo, qui avaient convenu de porter un "olivier" (coalition PS-CDH-ECOLO) à la majorité, si le résultat le permettait. 

Mais voilà, le score de la liste du bourgmestre est tel qu'Isabelle Durant préfère se tourner vers Bernard Clerfayt pour former une majorité "confortable", et "respecter le signal de l'électeur". C'est en tout cas comme ça qu'elle se justifie lorsqu'elle officialise l'accord conclu au soir des élections, et qui accordera trois échevins et une présidence du CPAS aux Ecolos.

La (mauvaise) surprise était aussi totale pour Elio Di Rupo, qui apprend la "trahison" sur le plateau de la RTBF, et "Dans la vie, il faut accepter que les comportements des gens changent", avant de s'en prendre à Isabelle Durant : "Vous venez comme les pompiers, secourir la droite. Vous venez mettre une rustine verte sur une grande voiture bleue, c'est dommage...".

J’ai choisi une alliance et, 11 ans plus tard, je ne le regrette pas

Sur Matin Première ce vendredi 16 juin, Isabelle Durant a admis que l'image était terrible. "Cette image m’a choquée. Elle mettait en confrontation une personne seule et des militants. Mais j’ai choisi une alliance et, 11 ans plus tard, je ne le regrette pas".

Et ce même si à l'époque, le PS vexé avait barré à ECOLO l'accès à d'autres majorités communales, dont celle d'Ixelles et de Bruxelles-Ville. Une conséquence qui avait poussé le premier échevin sortant de l'époque Henri Simons de demander la démission d'Isabelle Durant de la présidence d'Ecolo, accusée d'avoir pensé à son cas personnel sans envisager les conséquences pour le parti...

Sur le long terme, personne ne semble lui en a avoir tenu rigueur, puisque sa candidature aux Nations Unies a été soutenue par tous les partis. "C’est la preuve qu’on peut travailler avec des gens dont on ne partage pas le programme. Parfois on est des alliés dans un intérêt commun."

Archive: Elio Di Rupo apprend en direct la "trahison" d'Isabelle Durant

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir