Olivier Maingain: "J. Jambon participe à des réunions d'ex collaborateurs"

Olivier Maingain: "Jan Jambon participe à des réunions d'anciens collaborateurs"
Olivier Maingain: "Jan Jambon participe à des réunions d'anciens collaborateurs" - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

C'est "la première fois que dans un gouvernement belge, il y aura un parti qui compte dans ses rangs des nostalgiques de ce qu'était la VNV (Vlaams Nationaal Verbond, parti nationaliste collaborationniste) et la collaboration avec le régime nazi. Un Jan Jambon, par exemple, qui sera sans doute vice-premier ministre, et bien, il participe à des réunions des anciens collaborateurs", a indiqué dimanche sur RTL-TVI le président des FDF Olivier Maingain.

Olivier Maingain avait déjà dans le passé évoqué des accointances de la N-VA avec l'extrême droite, ce qui lui avait valu alors d'être remis à sa place, notamment par le politologue Carl Devos qui avait souligné dans La Libre que la N-VA n'était clairement pas d'extrême droite.

D'autres ne sont pas de cet avis, comme le journaliste Guido Fonteyn auquel s'est notamment référé Olivier Maingain dimanche pour en rajouter une couche. "Ah! Il y a des accents d'extrême droite", a-t-il clairement affirmé, justifiant la nécessité de ne pas s'allier à tout prix à un parti même s'il est le plus important du pays et assurant qu'il n'en serait pas de même en France dans l'éventualité "demain d'un FN, premier parti".

Olivier Maingain a évoqué la personnalité de Jan Jambon. Il y a un an, une photo a circulé montrant cette figure de proue du parti lors d'un rassemblement de nostalgiques du Front de l'est. La photo a été prise il y a près de quinze ans à une époque où Jan Jambon n'était pas encore actif en politique. Aujourd'hui le président du FDF le réaffirme: "Jan Jambon participe à des réunions d'anciens collaborateurs", martèle-t-il.

En s'exprimant de la sorte, Olivier Maingain cherche notamment à mettre en difficulté le MR qui négocie avec la N-VA, le CD&V et l'Open Vld la formation du gouvernement fédéral. "La N-VA pousse à la mise en place d'une majorité qui serait une annexe du gouvernement flamand avec le MR comme faire valoir francophone", a-t-il dit.

Il rejette l'idée selon laquelle la N-VA a pu abandonner ses velléités communautaires au nom d'un compromis socio-économique avec le MR. "Vous y croyez, vous, à Charles Michel en fakir en train de dresser le serpent Bart De Wever? C'est rigolo mais irréaliste", a-t-il conclu.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK