Olivier Maingain (FDF) réclame la démission de Jan Jambon (N-VA)

Olivier Maingain (FDF) réclame la démission de Jan Jambon (N-VA)
Olivier Maingain (FDF) réclame la démission de Jan Jambon (N-VA) - © Tous droits réservés

Olivier Maingain, le président des FDF, invité de Matin-Première, demande au Premier ministre Charles Michel (MR) la démission de son ministre de l'Intérieur et vice-premier N-VA Jan Jambon pour ses propos. Ce dernier a déclaré lundi dans la presse que les collaborateurs avec les Nazis durant la seconde guerre mondiale avaient leurs raisons.

"J'avais peut-être tort d'avoir eu raison trop tôt, entame Olivier Maingain, sourire en coin. D'abord, il faut souligner le courage de la presse flamande qui stigmatise les propos de Jan Jambon. Parce que ce n'est pas un problème entre francophones et Flamands. C'est un problème de conception de la démocratie", dit-il, rappelant la démission de Johan Sauwens (Volksunie) en 2001 suite aux critiques de la presse et des démocrates flamands pour s'être trouvé dans la même réunion "avec toute la racaille pro-hitlérienne chantant les louanges du IIIème Reich".

Et d'enfoncer le clou en rappelant l'engagement de Jan Jambon dans le Vlaams Volksbeweging pour honorer Staf De Clercq (VNV), "le Degrelle flamand", Borms et d'autres.

Démission

"Il n'est pas pensable qu'il puisse rester dans un gouvernement, la seule solution, c'est la démission, conclut Olivier Maingain qui prend l'exemple du gouvernement allemand : un ministre allemand qui irait assister à une réunion de nostalgiques du IIIème Reich démissionnerait immédiatement, dit-il.

"Il n'y a pas de bon motif pour assister à ce genre de réunions qui exaltent la barbarie. Il n'y a pas de raisons de collaborer avec le régime hitlérien ni au Nord ni au Sud du pays", poursuit Olivier Maingain qui trouve cette attitude insupportable.

Et d'interpeller Charles Michel : "Est-ce qu'après la perte d'autorité politique que son parti connaît dans cette alliance dangereuse avec la N-VA, ira-t-il jusqu'à connaître une perte d'autorité morale en acceptant que Jambon reste au gouvernement ?"

"Ca reste une tache terrible sur la crédibilité d'un gouvernement. Il faudra voir comment les démocrates réagiront. Il faudra trouver les expressions justes de la protestation constante aussi longtemps que M. Jambon restera au gouvernement ", menace Olivier Maingain rappelant les exhortations de Lousi Michel (MR) au boycott de l'Autriche comme terre de vacances du temps de la participation du parti de Jorg Haider au gouvernement de Vienne.

Discours de la méfiance

Par ailleurs, le programme du nouveau gouvernement Michel ne plaît pas trop au président du FDF. S'il distingue quelques mesures intéressantes, il dénonce en revanche l'esprit du texte. C'est-à-dire une sorte de méfiance vis à vis de toutes les catégories sociales, syndicats, fonctionnaires, justice, jeunes, bref tout excepté les entreprises.  

"On le voit à l'égard des fonctionnaires, comme s'ils étaient tous des profiteurs alors qu'on sait qu'on a besoin d'une fonction publique performante".

@jfherbecq

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK