Olivier Maingain (FDF): "Pourquoi diviser Wallons et Bruxellois?"

Olivier Maingain cosigne cette semaine dans la presse une carte blanche pour proposer une consultation populaire pour permettre aux francophones de Belgique de s'exprimer sur l'avenir de la Fédération Wallonie-Bruxelles, réponse à l'idée lancée la semaine précédente par les députés MR Jean-Luc Crucke et Pierre-Yves Jeholet d'une Belgique à quatre Régions qui coopéreraient entre elles, sans Fédération Wallonie-Bruxelles, donc. 

Le président des FDF est venu défendre sa vision sur le plateau des Décodeurs RTBF : la Fédération a "sa raison d'être". Pourquoi ce débat institutionnel, se demande Olivier Maingain qui rappelle le rôle de l'institution, notamment dans l'enseignement et de la formation.

Il craint qu'une Belgique à quatre régions n'entraîne un enseignement à plusieurs vitesses et soit un frein à la mobilité des familles.

Contre l'ultra-régionalisme

"Est-ce que Wallons et Bruxellois doivent se replier dans des petits particularismes locaux ou gardent-ils une vision commune, dans la francophonie internationale ? Pourquoi faudrait-il se diviser ?" s'interroge Olivier Maingain.

La consultation envisagée par les FDF s'adressera aussi aux Flamands de Bruxelles, et à ce sujet, Olivier Maingain confirme entre les lignes que le "F" de francophone ne fera plus partie du nouveau nom de son parti qu'il annonce pour le vendredi 13 novembre.

Monsieur Gna-gna-gna

Le projet de grand stade national sur le parking C du Heysel, à Grimbergen en Flandre, et dont le club d'Anderlecht juge le loyer trop élevé pour y jouer semble dans une mauvaise passe : c'est l'occasion pour Olivier Maingain de s'exclamer "Oh! Quelle légèreté pour les tenants de ce projets, pour monsieur Gna-gna-gna, pour monsieur Courtois : à mon avis, il est en train de trouver quelques onomatopées pour qualifier son action politique".

"C'est le monsieur d'un certain monde du football et il n'a pas été visiblement capable de fédérer même ceux qui auraient trouvé avantage à occuper à bon prix le stade national".

Olivier Maingain dont le parti est dans la majorité à la région bruxelloise et l'opposition à la Ville redit qu'il n'y aura pas un euro public pour construire un nouveau stade : pour lui, il faut rénover le Stade Roi Baudouin. Il prédit l'effondrement du projet du grand stade, une fois le retrait d'Anderlecht confirmé.

La N-VA, ce "poison"

Interrogé sur le sort de Damien Thiéry à Linkebeek, Olivier Maingain regrette que son nouveau parti, le MR, ne soutienne pas le bourgmestre non nommé face à la N-VA, parti nationaliste "qui n'accepte pas l'autre" et jugé "proche des thèses de l'extrême droite" par beaucoup d'observateurs, bref un "poison" pour l'avenir de la Belgique.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK