Olivier Maingain (DéFI): "Supprimer l'impôt sur la part des revenus inférieure à 13.500 euros"

A la veille d’un congrès national du parti DéFI, quelles sont les ambitions amarante pour le scrutin de mai ? Oui au métro bruxellois, Mise en place d’une autorité indépendante pour l’octroi de visas humanitaires et stop au cumul des candidatures lors des élections. Le président Olivier Maingain peut ainsi égratigner Ecolo, le gouvernement fédéral et plus spécifiquement le MR. Avec, en prime, une proposition très concrète : la suppression de tout impôt, pour tout le monde, sur la part de revenu inférieure à 13.500 euros par an. Et adieu aux voitures de société

Climat et pouvoir d’achat sont nos deux grandes priorités dans le cadre d’une justice pour les citoyens honnêtes

Non, Olivier Maingain n’a pas participé hier (jeudi) à la marche pour le climat aux côtés des étudiants. Mais c’est un choix, et ce n’est que partie remise : « Je marcherai dimanche. La jeunesse nous demande d’agir, elle nous interpelleIl ne faut pas être récupérateur, mais il faut agir ». Il en appelle aux trois ministres en charge de l’environnement du pays, et singulièrement à la présidente actuelle de ces ministres : « Je demande à Céline Frémault que l’on fixe un calendrier de mesures concrètes pour l’environnement. Par exemple déterminer dans quel délai sera interdit tout emballage de plastique partout en Belgique, d’ici 1 ou 2 ans. »

Il demande aussi un engagement à deux ans pour que toutes les écoles disposent d’un parking à vélos et que soient généralisées les zones de basse émission dans les villes de Wallonie et de Bruxelles. « Et que l’on cesse de dire que la N-VA empêche cela. On peut progresser sans le gouvernement flamand. Allons à l’efficacité ».

Le métro : stop ou encore ?

Un autre débat est celui de la mobilité et précisément celui de l’extension du métro dans la Capitale. Pour le patron de DéFI, la question ne se pose pas : « Le débat pour ou contre le métro est caricatural. Le métro est nécessaire pour traverser rapidement Bruxelles du nord au sud et d’est en ouest. L’extension du métro nord a été acceptée par tout le monde, y compris Ecolo. Certains veulent le remettre en cause, mais il faudrait alors créer 3 lignes de tram en surface dans les rues de Schaerbeek et d’Everre. Ce serait impossible. Nous disons à Ecolo : bloquer (ndlr : ce dossier) n’a aucun sens. Ils en avaient accepté le principe ».

Le vrai problème, estime Olivier Maingain est qu’une partie de l’extension dépend de la responsabilité de la Stib et de Bruxelles Mobilité et qu’une autre partie du trajet relève de la politique fédérale de Beliris. « Tout cela est absurde. Qu’on décide que c’est la Région qui est compétente. Il faut des procédures administratives d’urbanisme simplifiées »

Répondre à un besoin de justice

Pour DéFI, le climat et la mobilité s’inscrivent dans les priorités qui, toutes s’inscrivent dans « un besoin de justice » des individus. « Le citoyen ressent une impuissance du pouvoir. Il faut une justice sociale vers la recherche de nouveaux équilibres. En matière fiscale il faut exonérer de tout impôt la partie du revenu qui est inférieur à 13.500 ou 13.800 euros par an. Et cela pour tout le monde. » Mais pour le financer, Olivier Maingain veut supprimer dans le même temps l’avantage lié à l’avantage aux voitures de société. « Cet avantage ne se justifie plus ni pour une justice fiscale ni pour la mobilité ni pour l’environnement. »

Visas humanitaires : une instance indépendante

Theo Francken est appelé à s’exprimer devant les députés à propos de l’octroi de visas humanitaires, DéFI a demandé une commission d’enquête pour déterminer si l’entourage de Theo Francken a commis des irrégularités. Pour Olivier Maingain, ce Visa humanitaire « était le cache-sexe de la politique migratoire du gouvernement Michel. On découvre ce qu’il en est. » La solution selon DéFI réside dans la création d’une instance indépendante qui décidera, au cas par cas, des dossiers individuels. « Ce serait comme pour les réfugiés politiques où c’est le Commissariat général aux réfugiés et apatrides qui décide. Ça évitera les scandales. »

Quant à la décision de Didier’Gosuin de ne pas se présenter aux scrutins de mai, Olivier Maingain y voit le respect des engagements que lui-même a pris également. Et de lancer une pique vers Didier Reynders : « se déclarer tête de liste et revendiquer dans le même temps une place dans un organisme international » n’est pour lui pas acceptable : « Tout ce petit jeu de placements exaspère. Nous assumons le décumul intégral. La démocratie et le respect du citoyen, c’est siéger là où l’on se présente », ajoutant que l’on ne se présente pas où l’on ne compte pas siéger.

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK