Olivier Maingain (DéFI): « A ceux qui disent 'Job, job, job' on répond 'Formation, formation, formation' »

Olivier Maingain (DéFI): « A ceux qui disent 'Job, job, job' on répond 'Formation, formation, formation' »
Olivier Maingain (DéFI): « A ceux qui disent 'Job, job, job' on répond 'Formation, formation, formation' » - © Tous droits réservés

Le président de DéFI et bourgmestre Woluwe-Saint-Lambert Olivier Maingain était sur le plateau de Matin Première ce vendredi pour répondre aux questions de Thomas Gadisseux, à une semaine des scrutins fédéral, régional et européen.

On ne peut évidemment pas évoquer la dernière législature sans parler d'une de ses mesures phare : le tax-shift. Une mesure qu'Olivier Maingain temporise :« Ça n'a pas du tout eu l’ampleur de ce que présentait le MR en 2014. J'ai calculé la réalité du tax-shift pour un salaire annuel de 18.000 euros. Quand on déduit du tax-shift, de 67 euros, la hausse de la TVA, du prix du diesel, de l’alcool et la non-indexation des salaires, il reste 33,40 euros par mois. Et j'ai fait des déductions très modestes. »

« Les citoyens ont bien compris que ce gouvernement n’a pas vraiment travaillé à une revalorisation du pouvoir d’achat. »

Priorité à la formation des jeunes sans-emplois

Afin de revaloriser le pouvoir d'achat, la question de l'emploi est primordiale. Le président de DéFI, parti présent dans la majorité, souligne le travail de Didier Gosuin (DéFI), ministre bruxellois de l'Emploi, en pointant l'importance de la formation de jeunes sans-emploi. « Aujourd’hui nous avons le taux de chômage le plus bas chez les jeunes depuis la création de la Région bruxelloise : moins 39% de jeunes chômeurs. Didier Gosuin s’est attaqué aux causes du chômage, et notamment à la faiblesse de la qualification d’un certain nombre de jeunes à Bruxelles, on sait que c’est une faiblesse.  Nous avons mis en avant l’enseignement et la formation.  A ceux qui disent « Job, job, job » on répond « Formation, formation, formation ».

Autre proposition de DéFI pour donner du pouvoir d'achat « à toutes les catégories de revenus » : l'exonération d’impôt pour la première tranche de 13.670 euros de revenus. Comment compenser cette mesure ? « L'effet retour sera une croissance économique et de la création d’emplois, qui va couvrir le tiers du coût d’une telle mesure. Et pour le reste, il va falloir mettre petit à petit la fin de l’avantage voiture-salaire, et il faut s’attaquer à des poches de niches fiscales » évoquant la taxe sur les diamantaires, qui ne rapporte que « 70 millions d’impôt sur le chiffre d’affaires de 35 milliards de la centaine d’entreprises diamantaires en Belgique. »

Politique convergente pour la mobilité

La mobilité est un des enjeux fondamentaux depuis des années, au vu de l'impact de nos moyens de transport sur l'environnement, la santé et notre qualité de vie. Olivier Maingain promeut « l'élaboration d’une politique convergente de la mobilité à tous les niveaux de pouvoir en Belgique. Il faut au moins 1 milliard d’euros par an dans l’investissement d’une mobilité douce, mais aussi dans les transports publics : un renforcement, bien entendu, des transports ferrés, la SNCB doit être refinancé, c’est une nécessité. Il faut que le RER aboutisse et plus vite que le délai annoncé. »

« Comme l'a déclaré sur vos antennes Peter Timmermans, patron de la FEB, il faut peut-être faire accepter à l'Europe que des investissements productifs soient mis hors périmètre de l’exigence de stabilité budgétaire des états, et je préconise que la mobilité et la formation des demandeurs d’emploi soient prioritaires. »

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK