Olivier Deleuze: "Les majorités avec le boa c'est fini!"

Interrogé sur d'éventuelles alliances possibles avec le PS en vue des élections communales du 14 octobre, Olivier Deleuze se veut très clair : "Nous sommes un parti autonome équidistant par rapport aux partis politiques". Et il ajoute : "J'ai toujours considéré que les convergences avec le parti socialiste en 2001, c'était une espèce d'alliance entre le boa constrictor et le lapin et j'y ai toujours été opposé". Aujourd'hui, "les majorités avec le boa, c'est fini !".

Ecolo affirme avoir "totalement les mains libres partout" et "s'il y a des alliances, elles sont publiques". Tout se passera donc au niveau local, "d'après la situation des communes, la gestion des communes". A Andenne, par exemple, Olivier Deleuze estime que "les socialistes ne sont pas forcément progressifs". Et de définir son parti comme "un parti héritier des valeurs de la gauche et nous sommes indépendants et autonomes". Ce qui ne les empêche pas d'être "tout à fait attentifs à la santé des PME, à créer de l'emploi dans les PME, dans le secteur nouveau".

Ses premières actions

"A très court terme", Ecolo sera très attentif aux mesures qui seront prises lors des conclaves budgétaires du fédéral, des régions et de la Communauté française. Il faut qu'"elles soient justes", dit-il. 

La prochaine échéance, ce sera les élections communales, une étape importante pour le parti, "pour confirmer que nous sommes dans le réel (...) dans la gestion d'aujourd'hui. Nous savons dans quelle société nous vivons aujourd'hui et ce qu'il faut faire pour se rapporcher de notre horizon".

Olivier Deleuze se présentera sur les listes dans sa commune (à Boitsfort) en tant que dernier de liste.

"Notre horizon est radical, notre vision est radicale"

Quant à savoir s'il garde une ligne de conduite radicale : "Notre horizon est radical, notre vision est radicale. On pense qu'il faut complètement changer la manière dont la finance règne le monde ou la manière de produire et de consommer. Mais pour se rapprocher de cet horizon, il faut un chemin et pour cela il faut mettre les mains dans le cambouis. Par exemple, dans les gouvernements, par exemple, dans les majorités communales". Et d'ajouter : "L'horizon est radical mais il ne sert à rien d'avoir raison tout seul".

Comment trouver 2 milliards d'euros ?

Pour Olivier Deleuze, il faut changer le système des intérêts notionnels "pour le rendre dépendant de l'emploi avec une prime aux PME et une prime aux secteurs". Il estime que l'on peut trouver ainsi entre 600 millions et un milliard d'euros.

Pour le reste, il estime que "l'amnistie fiscale est une incitation à la fraude", que "cela coûte de l'argent à l'Etat".

Quant à la suppression des primes à l'isolation, c'est "la responsabilité" du fédéral, dit-il. "Qu'est-ce que voulez, nous sommes dans l'opposition, les libéraux nous ont mis dans l'opposition au fédéral".

C. Biourge




Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK