Olivier Chastel réagit aux propos de Bart De Wever sur des élections anticipées: "La N-VA avait tout orchestré"

Olivier Chastel réagit aux propos de Bart De Wever sur des élections anticipées: "La N-VA avait tout orchestré"
Olivier Chastel réagit aux propos de Bart De Wever sur des élections anticipées: "La N-VA avait tout orchestré" - © Tous droits réservés

Il n'a pas fallu longtemps pour que le MR réagisse aux interviews de Bart De Wever à la VRT et de Jan Jambon dans la Libre, dans lesquelles les nationalistes plaident pour la tenue d'élections anticipées, "surtout si le gouvernement poursuit sa politique Marrakech".

Le président des réformateurs Olivier Chastel a immédiatement indiqué ces interviews lui laissaient penser que la N-VA "avait tout orchestré pour faire chuter le gouvernement et provoquer des élections anticipées avec le PS". 

Alliance PS-NVA

C'est en effet le nouveau cheval de bataille des réformateurs. Après avoir gouverné quatre ans et demi avec les nationalistes, le MR a dénoncé jeudi par la voix de son président Olivier Chastel une "alliance PS-N-VA". Il soupçonne, dans Le Soir, que ces partis veuillent provoquer, en exigeant une motion de confiance, la chute du gouvernement Michel II, avec, pour les réformateurs, le risque d'élections, un scénario cependant plausible parmi d'autres, et incombant à la responsabilité du gouvernement.

"Qui peut croire que cette demande, cette 'proposition' de mener des contacts avant mardi puis d'élaborer un programme, puis de demander la confiance, est réaliste, alors qu'il a parfois fallu 541 jours pour former un gouvernement", s'est notamment interrogé le président du MR, revenant sur la plus longue période de l'histoire sans gouvernement qui avait précédé la mise en place de l'équipe Di Rupo.

La dénonciation d'une alliance "PS-N-VA" par le MR est née du vote de la motion mercredi au parlement demandant au gouvernement de solliciter la confiance au plus tard la semaine prochaine. Appuyée par la N-VA, cette motion du PS a été signée par six partis mais pas par la N-VA, qui n'avait pas été conviée, a répliqué le parti socialiste. Les voix de la N-VA n'étaient pas nécessaires pour la faire passer.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK