Oeuvres d'art dans les cabinets ministériels : les "trésors" de la Région wallonne

Depuis les années 1980, les ministres wallons successifs ont acquis énormément de peintures et de sculptures d’artistes francophones. Ils bénéficient en fait de fonds pour acquérir durant leurs mandats des œuvres d’art. Mais depuis 2016, aucun achat n’a été acté. Une réserve "tenue secrète" et située à Namur entrepose des centaines de ces œuvres.

Elles sont gérées par la Direction de la Documentation et des Archives régionales (SPW). "Il y a environ 670 œuvres dont plus ou moins 50 sculptures. Le reste, ce sont des tableaux", explique Inès Carels. Elle gère notamment les encodages sur un portail disponible en ligne. "Dans le catalogue, on a répertorié toutes les œuvres acquises par les Gouvernements wallons. En début de législature, quand un ministre souhaite comme actuellement obtenir des tableaux en prêt pour décorer ses locaux, nous lui donnons un accès Internet pour qu’il puisse visualiser les œuvres qui sont disponibles pour le prêt". Actuellement, une centaine d’œuvres se trouvent dans des cabinets ou dans des parcs communaux comme une sculpture de René Julien qui se trouve au Domaine du Château de La Hulpe.

"Félicien Rops, Paulus ou encore Folon"

La collection est essentiellement composée d’œuvres d’artistes wallons. "Les anciens ministres ont voulu mettre en évidence tous ces talents artistiques francophones. C’est Bernard Anselme qui avait lancé l’initiative", explique Philippe Gémis, directeur du service au SPW. "On a parfois des artistes confirmés. Nous avons des noms comme Armand Rassenfosse, Pierre Paulus, Milo Dardenne, Edgar Scauflaire, Félicien Rops ou même Jean-Michel Folon. On a même un "Magritte" qui est pour l’instant exposé au Musée des Beaux-Arts de Charleroi. Car certaines œuvres ne se trouvent pas ici dans la réserve. Il y a par exemple des sculptures qui ne sont pas déplaçables".

Dans ces "trésors" artistiques, il y a également des œuvres d’artistes plus "discrets". "Nous avons des artistes de personnes porteuses de handicap, qui sont issus du Créahm à Liège et qui font de l’art différencié. Ces œuvres sont tout aussi intéressantes et touchantes que celles de professionnels ou d’artistes accomplis", précise Philippe Gémis.

Christie Morreale a choisi personnellement ses œuvres

La nouvelle ministre a consulté le catalogue en ligne. Elle a choisi une dizaine de tableaux pour décorer le hall et le bureau de son cabinet. Et la socialiste s’est montrée plutôt intéressée par les artistes wallons. "J’ai mis une œuvre d’Isabelle Malotaux dans l’entrée. Elle représente Frida Kahlo. J’ai aussi placé deux sculptures de Julos Beaucarne", explique la vice-présidente du Gouvernement wallon et ministre en charge de l’Emploi, de la Formation, de la Santé, de l’Action sociale de l’Égalité des chances et des Droits des femmes. "Avec Frida, j’ai un message féministe, de femme engagée, et par ailleurs un message éco-socialiste autour de la transition écologique avec les œuvres de Julos Beaucarne".

Sur les 670 œuvres que possède la Région wallonne, une centaine seulement orne les cabinets ministériels. Les autres sont conservés et restaurés dans un service à Namur. Depuis 2018, elles sont consultables librement par les grand public via le site Internet bibliotheques.wallonie.be

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK