Occupation israélienne: un rapport pointe les manquements de la Belgique

Occupation israélienne: un rapport pointe les manquements de la Belgique
Occupation israélienne: un rapport pointe les manquements de la Belgique - © Tous droits réservés

La chercheuse Katarzyna Lemanska a présenté, mercredi soir, à l'Union des progressistes juifs de Belgique (UPJB) de Saint-Gilles un rapport sur les liens entre la Belgique et l'occupation israélienne, commandité par 13 ONG et des syndicats belges. Il en ressort que la Belgique participe à des activités avec l'Etat hébreu en matières économique et militaire dans les territoires occupés.

Les violations des normes impératives du droit international par Israël impliquent des obligations de non reconnaissance et de non-assistance dans le chef des Etats-tiers. Ceux-ci sont par ailleurs tenus d'agir de manière à ce que l'Etat d' Israël respecte le droit international.

L'Union européenne (UE) a en conséquence pris des initiatives, respectivement en décembre 2012 et juillet 2013, pour limiter le champ d'application des accords bilatéraux UE-Israël au seul territoire d'Israël tel que reconnu internationalement, excluant ainsi du financement européen les activités menées dans les colonies.

Le rapport pointe sur base de recherches de terrain les manquements de l'Etat belge dans ses relations avec Israël, notamment en matière de coopération universitaire et militaire, mais aussi les canaux qui lient la Belgique à l'économie de l'occupation israélienne, qu'il s'agisse des produits des colonies en vente dans les supermarchés, des entreprises belges qui contribuent à la colonisation, ou des collaborations dans le domaine de l'industrie militaire.

Ainsi, il ressort en matière de coopération militaire que les demandes de licences d'exportation à destination d'Israël ne sont pas systématiquement refusées. Malgré le manque de transparence dénoncé, un approvisionnement d'entités belges a été mis en évidence auprès d'entreprises israéliennes directement liées à la colonisation, à savoir Elbit systems et Israël Aerospace Industries (IAI), en relation via des projets de coopération avec les sociétés belges Sonaca et Barco.

Concernant la coopération interuniversitaire, le rapport identifie 33 projets qui rassemblent des universités belges et des entités israéliennes impliquées dans la politique de colonisation ou l'industrie militaire, parmi lesquels les plus spécifiquement critiqués sont ceux de l'Université de Namur avec Elbit systems et de la KUL (Katholieke Universiteit Leuven) avec IAI.

Katarzyna Lemanska relève par ailleurs que la mise en oeuvre de la recommandation facultative de la Belgique d'étiqueter les produits des colonies en mentionnant la provenance des territoires occupés est peu applicable étant donné l'assimilation faite par Israël des économies de ses colonies.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK