Obama, le Roi et le Premier ministre se recueillent à Waregem

Barack Obama, le roi Philippe et le Premier ministre Elio Di Rupo se sont exprimés sur le sens de cette cérémonie.
6 images
Barack Obama, le roi Philippe et le Premier ministre Elio Di Rupo se sont exprimés sur le sens de cette cérémonie. - © rTBF

Au terme de la visite aux cimetière de Waregem où reposent des soldats américains de la première guerre mondiale, Barack Obama, le roi Philippe et le Premier ministre Elio Di Rupo se sont exprimés sur le sens de cette cérémonie.

Le Roi a dit son émotion d’être en ce lieu marqué par l’Histoire. "Nous serons toujours reconnaissants pour ce sacrifice." Le Roi a évoqué Albert 1er qui a défendu la neutralité de la Belgique, mais aussi le recours aux armes chimiques utilisées pour la première fois dans un conflit. "Cette cérémonie doit nous inspirer pour faire respecter la paix et les droits de l’homme. Je sais que la Belgique et les USA continueront à rester côte à côte "

"Nous sommes ici pour nous souvenir de toutes les victimes civiles et militaires" a déclaré le Premier ministre. "Au nom de la Belgique, je veux honorer la mémoire des Américains pour leur sacrifice qui constitue une partie de notre histoire. Nous n’oublierons jamais. Les liens entre les peuples américain et belge sont très forts. Nous partageons les mêmes valeurs de démocratie et de progrès et nous devons travailler ensemble pour les garder vivantes. Chaque pas pour ouvrir nos esprits est un pas vers la paix. Je promets que nous conserverons toujours la mémoire de ces soldats américains. Leur exemple continuera toujours à nous inspirer."

Le Président Obama a alors remercié la Belgique pour la préservation de ce lieu d’Histoire. "Il est impossible de ne pas être ému par le courage de ces jeunes hommes. Belges, Français, Canadiens, Britanniques, Américains et autres ont combattu ensemble. Ils n’étaient pas unis par la langue, mais ont toujours combattu côte à côte. La Belgique est un partenaire fort. C’est l’occasion de raffermir les liens entre nos nations."

Comme le Roi, Barack Obama a évoqué la nécessaire destruction des armes chimiques et l’engagement en faveur de la paix. Il a terminé son intervention en citant quelques lignes du poème "In Flanders Fields " rédigé par l'officier britannique John McCrae sur le front d'Ypres. Il a conclu: "A tout ceux qui sont morts, nous pouvons dire que nous reprenons le flambeau."

Jean-Claude Verset

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK